Bruxelles 14 communes de la Région comptent au moins un artisan sur leur territoire.

Depuis juin 2016, 45 artisans bruxellois ont reçu le label certifié pour leur travail. Ce chiffre représente 6 % du total belge. Un petit pourcentage comparé aux deux autres régions du pays qui tournent chacune autour de 45 %. Une différence qui n’étonne pas forcément le SPF Économie. "C’est à la base difficile à analyser car il n’y avait pas de recensement avant l’année dernière. Bruxelles ne nous étonne pas particulièrement. Il faut tenir compte du fait que c’est la zone la plus peuplée du pays avec beaucoup d’espaces de bureaux et de navetteurs", détaille Étienne Mignolet, porte-parole adjoint du SPF Économie.

Quatorze communes de la Région comptent au moins un artisan sur leur territoire. C’est Bruxelles-Ville qui arrive en tête avec Ixelles. Elles comptent toutes les deux sept artisans. "Il n’y a pas un pôle fort comme on peut le voir dans d’autres régions du monde, notamment aux Pays-Bas. Nous sommes éparpillés un peu partout dans la Région", explique Marc Van Schouwburg, bijoutier artisanal dans le centre de Bruxelles.

Le label de certification a été créé afin de faire plus de publicité pour les artisans qui travaillent bien souvent seuls, comme Marc Van Schouwburg : "Il n’y a pas de vraie corporation. L’initiative du label est vraiment positive de ce point de vue."

Les artisans reconnus sont reconnaissables par un logo mis à leur disposition et sont repris dans un répertoire sur le site Internet du SPF Économie. Une visibilité qui n’est pas forcément synonyme de réussite en termes de clientèle, notamment pour Marc Van Schouwburg qui a décidé de déménager son échoppe pour diminuer les coûts : "La liste est un peu barbare, honnêtement, et ça ne donne pas envie sauf si l’on en a vraiment besoin. De mémoire, je n’ai eu aucun client qui est venu par le biais du site. Cela apporte une modeste visibilité."

Du côté du SPF Économie, on ne préfère pas tirer de bilan, car le label n’existe que depuis un an et tous les artisans n’ont pas demandé l’attestation. Le label certifié est attribué pendant une période de six ans. Les artisans bruxellois devront prolonger ou non leur certificat au plus tard en 2023.


L’artisanat, une notion floue

Le statut d’artisan reste complexe en Belgique. Même si le label certifié a été créé, il n’existe pas de définition claire de ce terme. "C’est vrai qu’on a des critères, mais pas une explication vraiment limpide du mot. On a essayé de mettre ça en place avec la certification, mais ce n’est pas évident", raconte Etienne Mignolet, porte-parole adjoint au SPF Économie. Le label certifié permet toutefois aux artisans de disposer d’un certain cadre légal depuis 2016. Aujourd’hui, l’artisan est considéré en Belgique comme une personne dont les activités présentent des aspects essentiellement manuels avec un caractère authentique et qui développe un certain savoir-faire traditionnel, créatif et ou innovant. "Je trouve que cela englobe vraiment beaucoup d’aspects. Les limites sont vraiment floues. Moi-même, je me demande parfois ce qu’on peut entendre par là. C’est une signification qui peut être très personnelle d’ailleurs", explique Marc Van Schouwburg, artisan bijoutier dans le centre de Bruxelles.