Bruxelles

Ces animaux ont été saisis, samedi soir, dans un état d’extrême maigreur chez un habitant d’Haren, avant d’être recueillis par plusieurs refuges.

Samedi, en début de soirée, plusieurs refuges pour animaux maltraités ont été alertés par la police bruxelloise afin de prendre en charge chez un particulier domicilié à Haren, une des 19 communes de la région de Bruxelles-Capitale, 65 jeunes moutons détenus dans des conditions déplorables.

« Il s’agit de jeunes agneaux, uniquement des mâles, âgés de quatre à six mois, dont l’écrasante majorité se trouve dans un état d’extrême maigreur. Beaucoup souffrent de diarrhées et l’état de santé d’un mouton en particulier inspire de vives inquiétudes malgré les soins qui lui sont prodigués », raconte Marie-Laurence Hamaide, vice-présidente de l’asbl Animaux en Péril (Ath).

Les moutons saisis ont été dispatchés vers cinq refuges dont justement celui de cette asbl qui gère dans la région d’Ath, à Meslin-l’Evêque, le plus important refuge de Belgique pour animaux de ferme (400 spécimens) ayant fait l’objet d’un abandon ou subi de mauvais traitements.

« Le détenteur de ces animaux confinés dans des baraquements insalubres était dans le collimateur des services de police depuis déjà un certain temps. Selon des informations à prendre au conditionnel, il aurait déjà écopé d’une interdiction de détenir des animaux mais celle-ci ne serait valable qu’en Flandre », poursuit Marie-Laurence Hamaide.

Cette dernière ajoute que l’individu mettait des petites annonces un peu partout afin de proposer à la vente des moutons vivants ou morts. « Il s’agit uniquement de mâles et donc d’animaux bon marché dont les éleveurs se débarrassent pusqu’ils ne se reproduisent pas ».

Pour arrondir ses fins de mois, l’intéressé s’adonnait aussi à l’élevage de chiens.

« Quand nos équipes sont intervenues sur place, une dizaine de chiens avaient déjà été pris en charge par l’asbl Veeweyde », précise encore la porte-parole d’Animaux en Péril.