Bruxelles Mais la commune encourage ses citoyens à collaborer avec la police.

La présence policière accrue ces dernières années suite aux attentats n’est pas étrangère à la baisse de la criminalité dans la commune. Mais pour la bourgmestre, Françoise Schepmans (MR), le bilan est mitigé : "Les vols de sacs, les agressions et les vols de voitures ont baissé, c’est vrai mais, par contre, les vols de chaînes en or ont augmenté, par exemple."

Du côté de la commune, les personnes poursuivies pour des infractions sont aussi nombreuses que les autres années. Les actes criminels ne seraient donc pas réellement en baisse mais changeraient simplement de nature. En effet, si les incendies volontaires, le vandalisme, la dégradation de propriétés ou encore les coups et blessures étaient en légère baisse en 2016 par rapport à l’année 2015, la détention et le commerce de drogue étaient en nette augmentation. La criminalité prendrait donc une différente forme qu’auparavant.

Pour remédier à ce problème, la commune renouvelle les campagnes de sensibilisation et de prévention. La volonté de la bourgmestre est aussi d’offrir aux citoyens un contact privilégié avec les agents qui gèrent leur sécurité. "Je crois beaucoup à la collaboration entre la police et les citoyens. Je ne veux pas que les citoyens deviennent des délateurs mais je souhaiterais qu’on leur offre la possibilité de faire remonter les informations sur la criminalité jusqu’à l’autorité qui pourra les aider", explique la bourgmestre.