Bruxelles

Malgré la suspicion d'abus sur un enfant de quatre ans lors du premier voyage, les effectifs réglementaires étaient réduits pour le second séjour.

Les deux voyages scolaires organisés en novembre 2017 par l'école de Forest Les Sept Bonniers étaient en sous-effectifs et l'encadrement ne respectaient pas la circulaire relative à l'organisation des séjours pédagogiques, selon le rapport d'inspection de la Fédération Wallonie Bruxelles, ont indiqué lundi par communiqué des parents d'élèves de cette école visée par une enquête pour faits de mœurs. De plus, malgré la suspicion d'abus sur un enfant de quatre ans lors du premier voyage, les effectifs réglementaires étaient réduits pour le second séjour. Des stagiaires ont été comptés dans le personnel encadrant lors de ces deux voyages, des classes vertes, et certains étaient en outre mineurs lors du second. Pour surveiller le premier groupe de 65 élèves et le second de 64 enfants, il aurait fallu à chaque fois six accompagnateurs habilités.

De son côté, le délégué général aux Droits de l'enfant Bernard De Vos a envoyé un courrier aux autorités communales mi-juillet. "Le bourgmestre a toujours dit qu'il avait fait en sorte de renforcer la surveillance pour le second voyage et on apprend par la suite que l'encadrement légal n'était même pas respecté", souligne-t-il.

La commune a répondu qu'un rapport administratif a été demandé au département communal de l'Instruction publique en réponse. Ses résultats seront envoyés au service en charge de l'inspection pour la Fédération Wallonie-Bruxelles et lui seront également communiqués. Celui-ci est en cours de finalisation, précise lundi l'échevine de l'Enseignement et de la Petite Enfance de Forest, Françoise Père. "En 2016-2017, pour les classes vertes, un formulaire devait être rempli par les directions et envoyé à l'instruction publique pour vérification", explique-t-elle. "Je devais contre-signer après vérification. En 2017-2018, la circulaire a changé parce que cela se fait maintenant de manière informatique et les questions sont très courtes. Je n'ai donc plus de regard sur les détails de l'encadrement. C'est une nouvelle directrice et je pense qu'elle n'a pas été assez attentive. On travaille avec une école secondaire qui a une section technique d'animation. On travaille beaucoup avec des élèves de 6e secondaire".

A ce stade, il n'est pas question de sanction à l'égard de la directrice, étant donné que le rapport du chef de département est encore attendu. En réaction à ces manquements, une procédure en interne a été mise en place. Il est désormais demandé aux directions d'envoyer à l'Instruction publique, cinq semaines avant tout départ, le projet décrivant l'encadrement par écrit, sous peine d'annulation du voyage.