Bruxelles

Ils s'organisent autour de cinq axes.

Chaque année, à Anderlecht, des subventions sont octroyées par la Région pour assurer des projets de sécurité et de prévention dans la commune. Pour le moment, ce sont quarante-deux projets qui ont été introduits par le service prévention de la commune, dans le cadre d’un appel à projets de Bruxelles-prévention et sécurité. "Chaque année, nous faisons appel à la Région pour subventionner ces projets; sans cet argent, nous serions démunis", explique Mustafa Akouz (PS), échevin de la Prévention.

Les 42 projets s’organisent autour de cinq axes. Le premier vise à prévenir la polarisation et lutter contre le radicalisme. "Cet axe n’existait pas avant, ce n’est que depuis les attentats que l’on a mis l’accent dessus. Nous faisons un travail individuel avec certaines familles et nous développons des supports de sensibilisation, notamment pour les écoles et les associations", commente l’échevin. Les autres axes se concentrent sur la médiation des conflits dans l’espace public, la présence visible et rassurante dans l’espace public (en ce compris les transports), la lutte contre le décrochage scolaire et, enfin, la lutte contre les assuétudes (principalement la toxicomanie).