Bruxelles

Les habitants du site des Goujons réclament un dédommagement, comme prévu par la loi, mais n’ont toujours rien reçu.

Depuis octobre 2012, plus de 200 locataires du logement social des Goujons, un des plus grands de la Région bruxelloise, sont privés d’accès à leur balcon par mesure de sécurité. L’accès aux terrasses est donc condamné depuis plus de quatre ans par des panneaux de bois vissés aux fenêtres. Des auvents ont même été placés au rez-de-chaussée de l’immeuble pour protéger les passants de la chute d’éventuels débris.

Une situation qui, a la longue, incommode les nombreux locataires. “Lors des beaux jours, nous ne pouvons plus profiter de notre terrasse pour manger, papoter avec les voisins d’à côté ou tout simplement pour prendre l’air, déplorent Louisette et André qui résident dans ce logement social depuis 1977. Un autre problème, plus anecdotique, est qu’on ne peut pas nettoyer la vitre extérieure.”

Mais ce que déplorent plusieurs riverains, c’est que le Foyer anderlechtois, propriétaire du logement social, ne prévoit aucun dédommagement. “La loi oblige un propriétaire à prévoir un dédommagement si les réparations durent plus de 40 jours. Or, nous sommes privés de balcon depuis plus de 4 ans et il est donc légal de réduire le prix du loyer. Nous payons quand même un loyer de 300 € par mois pour bénéficier de l’ensemble de la superficie de notre appartement!”, explique Bob, l’un des nombreux locataires.

Une analyse approfondie a été effectuée par le Foyer anderlechtois pour évaluer la stabilité de chaque balcon et certains locataires ont donc accès à leur terrasse. Mais d’autres ont décidé de braver les consignes de sécurité en enlevant les panneaux en bois, là où d’autres ont choisi de ne pas y toucher et d’attendre le début des travaux, qui devraient commencer dans le courant de cette année. C’est en tout cas ce qui est ressorti d’une réunion d’information organisée entre les locataires et la direction du Foyer anderlechtois le mardi 20 décembre 2016.

© BAUWERAERTS

Cette problématique a fait l’objet d’une interpellation au parlement bruxellois de la part de la député Mathilde El Bakri (PTB), qui a interpellé la ministre bruxelloise du Logement Céline Fremault (CDH). “Bien qu’il soit compréhensible que toutes les mesures de sécurité soient prises pour protéger les locataires et les passants, il est difficile de justifier une situation de statu quo tellement longue. Dans un cas pareil, nous pouvons même parler de négligence de la part du Foyer anderlechtois qui a manqué à ses obligations. Une négligence qui se répercute sur la vie quotidienne de ses locataires”, a affirmé la député.

De son côté, la ministre Céline Fremault a expliqué qu’un budget de 16,8 millions d’euros a été dégagé pour rénover entièrement ce logement social. “Le budget affecté à la rénovation du site des Goujons est le plus conséquent jamais octroyé pour ce type de rénovation, ce qui démontre toute l’attention portée par le gouvernement à ce que des moyens suffisants soient mis en œuvre pour permettre aux locataires de retrouver une sérénité dans leur logement.”

Guy Wilmart (PS), Président du Foyer anderlechtois :

“La question du dédommagement à l’ordre du jour”

“Une rénovation totale du site des Goujons est prévue avec un coût d’investissement de plus de 16 millions d’euros. Tout va être refait : les balcons, les châssis, les façades. Le permis d’urbanisme est parti à la Région et j’espère que les travaux pourront débuter dans le courant 2017. Ils dureront environ deux ans. La question du dédommagement des locataires sera quant à elle mise à l’ordre du jour du conseil d’administration du mardi 24 janvier.”