Bruxelles Elles doivent contribuer à améliorer la surveillance pour le respect du bien-être animal.

Comme nous l'annoncions déjà à la fin du mois de mars dans les pages de La DH, des caméras supplémentaires devaient être installées dans l'abattoir d'Anderlecht, à la demande de la secrétaire d'État bruxelloise au Bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V). C'est désormais chose faite. En effet, neuf nouvelles caméras ont été installées dans l'abattoir, le seul agréé en Région bruxelloise. Quatre sont installées dans les étables et cinq dans les zones d'abattage. Six caméras étaient déjà en service mais uniquement dans les zones de chargement et de déchargement des animaux.

Les images récoltées par les caméras peuvent déjà être visionnées en interne et pourront bientôt être contrôlées en externe par les inspecteurs de Bruxelles Environnement. Le dispositif doit d'abord être soumis à la commission de la vie privée. Les images récoltées pourront servir comme éléments de preuve en cas d'infraction en matière de bien-être animal. "C'est un signal que nous envoyons à tous ceux qui sont directement concernés par le processus d'abattage (grossiste, transporteurs, personnel interne) pour indiquer que des infractions à l'encontre du bien-être animal ne sont pas du tout tolérées par notre établissement", indique Jan Van Assche, vétérinaire responsable du bien-être animal à l'abattoir.

La Région se félicite d'avoir pris ces mesures avant que des affaires de maltraitance animale ne se produisent. "Je tenais avant tout à éviter que, dans le futur, des dérapages ou des fortes négligences puissent se produire à l'encontre des animaux", a déclaré la secrétaire d'État. Ce dispositif représente un atout supplémentaire aux côtés des contrôles et des mesures déjà existantes pour protéger le bien-être animal.