Bruxelles Plusieurs mesures ont été présentées hier par les nationalistes flamands afin d’améliorer le vivre-ensemble dans la commune.

Ces dernières semaines, plusieurs malheureux incidents sont survenus dans la commune d’Anderlecht : cinq bus De Lijn ont fait l’objet de jets de projectiles et une violente bagarre, impliquant environ 100 personnes, a éclaté à la Porte d’Anderlecht.

Une situation qui révolte bon nombre de commerçants qui dénoncent, depuis de nombreux mois, le climat d’insécurité qui règne à différents endroits de la commune. Et ce lundi, la section anderlechtoise de la N-VA, appuyée par Karl Vanlouwe, membre du Parlement flamand et vice-président du Sénat, a présenté un plan d’action visant à éradiquer le sentiment d’insécurité dans deux quartiers sensibles : le centre historique et la place de la Vaillance.

La N-VA pointe du doigt le manque de réaction des autorités communales pour faire régner le calme dans l’entité. "Malgré le projet Virtus (qui vise à une meilleure coopération entre les services communaux et la zone de police pour lutter contre le sentiment d’insécurité, NdlR ) , la situation continue de se dégrader, explique la cheffe de file de l’opposition N-VA, Nadine Van Lysebetten. Il convient donc de renforcer ces équipes de terrain pour qu’elles soient réellement efficaces."

Autre revendication : le parti nationaliste plaide pour une tolérance zéro en matière de criminalité. "Pour ce faire, il faut infliger toujours plus de sanctions administratives communales. Les gardiens de la paix ont depuis peu cette compétence, mais il faut aller encore plus loin. Nous estimons qu’il faut aussi instaurer un partenariat local de prévention afin de renforcer la communication entre les commerçants, riverains et services de police en cas de détection d’un éventuel comportement suspect", ajoute Nadine Van Lysebetten.

Outre l’aspect sécuritaire, la N-VA tacle également la politique locale en matière de mobilité avec, notamment, la phase test de piétonnisation de la place de la Vaillance qui, selon le parti flamand, a pour conséquence une diminution importante du chiffre d’affaires des commerçants. Elle plaide enfin pour une politique plus stricte en matière de propreté, en renforçant le volet répressif grâce aux sanctions administratives communales.


Eric Tomas, bourgmestre d’Anderlecht (PS): "Ils ne connaissent rien !"

"Cette sortie de la N-VA intervient à quelques mois des élections communales de 2018, mais ils ne connaissent rien à la situation réelle ! J’entends qu’ils souhaitent renforcer les équipes de Virtus, mais je ne sais pas où ils vont aller chercher l’argent pour renforcer cette police de proximité sans déforcer d’autres services. De plus, cette koban (nom japonais de la police de proximité, NdlR) donne des résultats flagrants en termes de diminution de la petite criminalité dans le centre historique de la commune. Concernant les incidents avec les bus De Lijn, une enquête est en cours au parquet de Bruxelles car il y a eu l’utilisation d’un pistolet, mais ces incidents sont très localisés puisqu’ils se sont principalement déroulés dans la rue Eloy à Cureghem et la surveillance y a été renforcée. Enfin, la piétonnisation de la place de la Vaillance est une expérience-pilote qui se clôturera le 1er décembre. On fera le bilan à ce moment-là."