Bruxelles

Le parking sauvage est un véritable fléau à Anderlecht et particulièrement dans le quartier Bara.

Il n’est pas toujours évident, pour les habitants, de trouver une place de stationnement en rentrant chez soi le soir. Dès lors, beaucoup d’automobilistes excédés se garent de manière sauvage sur les trottoirs. C’est notamment le cas dans le quartier Bara à Anderlecht où la situation est plus que problématique.

“J’ai une fille de 9 mois et il m’est souvent impossible de circuler en sécurité sur le trottoir jusque dans ma rue. Tous les jours, tout le temps, des véhicules sont garés en toute impunité sur les trottoirs dans ma rue”, déplore Yannick, un riverain de la rue Otlet. “Mais cette situation est constatée également dans les rues avoisinantes, et sur les pistes cyclables.”

Plus interpellant, il constate également qu’un élu communal de la liste d’Eric Tomas (PS) se parque systématiquement sur le trottoir. “Il pense peut-être que les PMR, les enfants, ne méritent pas son attention et qu’il peut garer son véhicule en toute impunité sur le trottoir, le rendant totalement impraticable. C’est déjà la troisième fois que je vois son véhicule garé à cet endroit. Sur les chevrons cyclistes et bloquant complètement le trottoir”, déplore cet habitant en colère.

De plus, Yannick rapporte qu’il est fréquent que des voitures de police, sans gyrophare et donc sans urgence, se garent en double file, obstruant ainsi le passage des piétons et cyclistes, ou que des véhicules considèrent les pistes cyclables comme des places de stationnement. “Je pourrais donner une centaine d’exemples similaires”, conclut ce riverain, qui attend que la commune prenne cette problématique à-bras-le-corps.

A. F.

Le parking sauvage, fléau de Cureghem
© DR

Le parking sauvage, fléau de Cureghem
© DR