Bruxelles

Selon l'opposition, les proches des membres de la majorité étaient privilégiés pour assister à la séance.

Le conseil communal anderlechtois a été installé hier, mais dans un climat des plus tendus.

"C'est ma troisième élection et je n'ai jamais vu une scène pareille", s'insurge Gaëtan Van Goidsenhoven, le désormais chef de groupe de l'opposition MR. "Les proches des membres de la majorité ont été privilégiés alors que d'autres visiteurs étaient présents avant eux dans la maison communale et ont du patienter mais n'ont jamais pu rentrer pour assister à la séance."

Même son de cloche du côté de Giovanni Bordonaro, chef de groupe de l'opposition PTB. "Il y a eu un refus de la part du bourgmestre et de la police de laisser entrer les familles et sympatisants du PTB qui voulaient assister à la prestation de serment des élus, car il n'y avait soi disant "pas assez de places", avec "risque de problèmes en cas d'évacuation incendie". Mais on est pas dupe : plusieurs personnes "sélectionnées" pouvaient malgré tout entrer, et j'en passe. Quel mépris pour les citoyens qui veulent se rendre à un événement dit public dans un lieu censé représenter la démocratie."

La police a du intervenir
© DR

Contactée, la porte-parole de la commune confirme que la salle du conseil était pleine de monde et que la police a, par mesure de sécurité, décidé de refuser l'accès pour éviter tout incident.