Bruxelles

Pour rappel, depuis le 15 mars, l'alcool dans la rue et en terrasse est interdit dans le quartier après minuit, au grand dam des tenanciers.

Une réunion entre les autorités locales et les commerçants du quartier Flagey, à Ixelles, a été organisée ce mardi soir à la maison communale. Le but : répondre aux questions des commerçants suite à l'arrêté pris par la bourgmestre Dominique Dufourny (MR) visant à interdire l'alcool en rue et en terrasse après minuit. Une mesure entrée en vigueur le 15 mars dernier et qui se poursuivra jusqu'au 31 octobre.

Mais pour les tenanciers, cette mesure est jugée trop radicale et ils craignent une diminution de leur chiffre d'affaires.

"Il était important de voir les commerçants du quartier afin que toutes leurs questions trouvent une réponse et que l’application de cet arrêté se fasse de la manière la plus concertée possible" a précisé Dominique Dufourny.

Dans un souci de concertation, il a donc été convenu de revenir vers les commerçants à la fin du mois de mai pour évaluer l’efficacité de la mesure, et la réadapter le cas échéant.

"On aurait espéré avoir davantage de garanties mais il est rassurant de constater que la commune est prête à modifier son arrêté en cas de situation financière catastrophique pour nous" explique Liza Miller, gérante du bar Le Pantin (chaussée d’Ixelles) et présidente de l’association des commerçants. Nous on a proposé de couper la poire en deux : de laisser minuit en semaine mais de fermer à 2h durant le weekend, et en contre-partie on met en place des mesures pour limiter les nuisances."

Parmi les mesures proposées par les commerçants :

  • Créer une équipe de stewards qui seraient formés en collaboration avec les bars qui agirait de 20h à 3h;
  • Mise en place de verres plastiques consignés avec les logos des bars pour l'extérieur afin d'éviter les débris de verre;
  • Des toilettes mobiles aux endroits problématiques, distribution de cendriers de poche, des sacs bleu pour les canettes, etc.;
  • Mise en place d'une consigne de 1 € sur les bouteilles de bières vendues par les night shop ou les bars qui vendent à emporter;
  • Une illumination des vitrines de nuit pour dissuader les tageurs.

"La situation sera donc réévaluée à deux semaines de la Coupe du monde et j'espère que l'on sera entendu. Elle a par ailleurs promis d'être plus tolérante au niveau du respect de l'arrêté lors des matchs de la Belgique durant la Coupe du monde, à condition évidemment de respecter l'environnement et la quiétude des riverains", conclut Liza Miller.