Bruxelles L’ascenseur qui l’emmène au 6e étage ne fonctionne plus depuis sept semaines.

Il y a quelques mois, les locataires de l’immeuble sis au 386 avenue de l’Exposition, à Jette, ont reçu un avis annonçant que leur ascenseur allait subir des modifications afin d’être mis en conformité. Bonne nouvelle pour les habitants des douze étages, donc. L’avis annonçait un mois de travaux, de fin mars à fin avril. Cependant, nous sommes maintenant mi-mai et toujours pas de retour à la normale prévu à l’horizon. Au plus grand désarroi d’Armand, ce retraité qui souffre d’un handicap aux jambes. Depuis maintenant sept semaines, il est bloqué dans son appartement situé au sixième étage du bâtiment.

"Lorsqu’on nous a prévenus que les travaux dureraient un mois, nous avons fait des provisions. Nous avons acheté 72 litres d’eau, par exemple. Mais maintenant qu’ils ont du retard, nous n’en avons plus et nous devons retourner faire les courses", explique le septuagénaire. Opéré du dos et handicapé des jambes, il doit subir des infiltrations régulièrement. Depuis que l’ascenseur est à l’arrêt, il a été contraint de sortir une seule fois, pour ces infiltrations. Décision qu’il a regrettée amèrement les jours suivants, vu la douleur.

Aujourd’hui, c’est sa compagne et son beau-fils qui s’occupent d’aller faire les courses. Ses voisins lui viennent également en aide : le concierge lui apporte son pain, son voisin s’occupe de son journal, mais il n’est pas le seul dans ce cas. "Il y a des familles qui doivent descendre tous les jours avec leur poussette et remonter avec les courses. Pour les étages qui se trouvent au milieu, donc 6-7-8, c’est vraiment un problème. Ceux qui se trouvent tout en haut peuvent passer par les combles pour aller dans les bâtiments adjacents et emprunter leurs ascenseurs, mais là encore, tout le monde n’est pas en mesure de le faire", poursuit-il.

Pourtant, en tant que locataire, il paye des charges chaque mois pour profiter de l’ascenseur. Et il compte bien les réclamer auprès du syndic de l’immeuble, voire même toucher des indemnités pour les désagréments causés. "Cela ne me dérange pas d’être handicapé mais, ce qui me dérange, c’est d’être prisonnier chez moi. J’étais prêt à attendre pendant les quatre semaines de travaux annoncées mais, maintenant, cela fait sept semaines et personne n’est en mesure de me dire quand cela va se terminer", déplore Armand.

En effet, du côté de la société qui s’occupe des ascenseurs comme du côté du syndic, personne ne sait précisément quand les travaux seront terminés. Le fond du problème ? Une pièce nécessaire à la réparation de l’ascenseur n’a jamais été livrée (voir ci-dessous). La société annonce qu’elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour réparer l’ascenseur au plus vite.