Bruxelles

Sur 31 candidats, seulement quatre se sont déjà présentés à des élections.

C'est une première pour la commune d'Auderghem depuis 12 ans: la section locale du MR-Open-Vld fera bande à part pour les prochaines élections communales. Pour justifier leur choix, les candidats ne jurent que par la redynamisation de la commune, phénomène à l'image de leur liste. Emmenée par Jérémy Van Gorp, conseiller politique au groupe libéral du Parlement européen, la liste bilingue présente un très grand nombre de nouvelles têtes, puisqu'uniquement quatre des candidats sur 31 se sont déjà présentés aux élections, à savoir les quatres membres Open-VLD.

En deuxième position figure Martine Maelschalck, ancienne rédactrice en chef de l'Echo et actuellement responsable des affaires publiques de la SNCB. Les troisième et quatrième positions sont occupées par Wim Vanobberghen, chercheur à la VUB spécialisé dans les Smart-cities et premier candidat Open-VLD de la liste, et Cécile Henrard, jeune mère de famille. Parmi les 31 candidats, figureront aussi Antoine Miroux, agent de sécurité, Christine Determe, infirmière, et Tim Siviaxy, coiffeuse. "Je pense que le fait d'avoir uniquement quatre ancien candidat dans notre liste est une force. On a beaucoup de choses à apprendre, c'est sûr, mais on apport de la fraîcheur, et de la proximité", affirme Martine Maerlschalck.

La liste sera poussée par Jean-Claude De Gheest, carriériste retraité du secteur privé.

"Notre programme et notre liste représente vraiment ce qu'on veut pour l'avenir d'Auderghem: du renouveau ", explique Jérémy Van Gorp. "On a fait du porte à porte dans chaque quartier pour cerner les envies des habitants, et c'était toujours la même chose qui ressortait: oui Auderghem c'est bien, mais rien ne s'y passe."

Au menu pour la section locale MR-Open-VLD: une politique de quartier, et de proximité, un focus sur le sentiment d'insécurité, une gestion intelligente de la mobilité et des solutions réalistes pour Herrmann-Debroux. "On veut des propositions réalistes et réalisables. La proposition de destruction du viaduc est très jolie, mais on veut du concret. Il faut penser à la mobilité avant tout, l'impact que ça aura pour les petites rues communales, la pollution sonore et de l'air, etc.", explique Martine Maerlschalck.

Les libéraux d'Auderghem entendent aussi revenir sur le cas du Rouge Cloître et sa rénovation, sur la situation des seniors Auderghemois, et sur le journal communal qui est, d'après Jérémy Van Gorp, "beaucoup trop cadenassé".

Enfin, la section locale MR-Open-Vld espère voir Auderghem devenir une commune durable et qui utilise le potentiel du numérique mais aussi qui innove grâce à un lieu à disposition des Auderghemois créatifs et une plateforme internet pour faire émerger des nouveaux projets.