Beci, “surprise et mécontente”

Guy Bernard Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Filer ses jobs vacants à Actiris ? Une discrimination qui ne serait pas positive

BRUXELLES Fin de semaine passée, le ministre régional de l’Emploi, Benoît Cerexhe (CDH), voulait obliger les boîtes de plus de 100 travailleurs à transmettre toutes leurs offres d’emploi à Actiris. Nul n’ignore plus son ambition de favoriser la mise à l’emploi des Bruxellois(es). “Une fausse bonne idée !”, si l’on en croit diverses réactions.

Bien que comprenant parfaitement la préoccupation ministérielle (des stats de chômage très élevées; on parle de 107.000 personnes), la fédération patronale Beci a demandé, ce lundi, “avec insistance”, que soit abandonnée cette proposition. Olivier Willocx, son administrateur délégué : “Que 52 % des emplois à Bruxelles soient occupés par des travailleurs d’autres régions tient essentiellement au niveau d’enseignement. […] Une discrimination positive en faveur des chercheurs d’emplois habitant la capitale serait inappropriée et, d’évidence, un mauvais signal qui perturberait plus encore le marché du travail”.

Argument supplémentaire développé par celui-ci : les boulots pour travaux manuels simples se débusquent surtout hors Bruxelles. “C’est une illusion de croire qu’ils vont trouver ce genre d’emploi dans leur voisinage immédiat.”

Plus politique - et plus virulente -, Françoise Schepmans (MR) a dénoncé à son tour l’initiative : “Il a décidé de donner des accents soviétiques à la politique de l’Emploi. Il se trompe complètement de stratégie”. La députée échevine (de Molenbeek) y voit encore un “chantage démagogique sur le dos de la compétitivité et de la flexibilité de notre économie”.

Chiffres à l’appui, la mandataire déplore qu’en la matière, tous les efforts de l’Olivier aient, jusqu’ici, échoué. “En 2011, 26.940 annonces ont transité par Actiris. Un chiffre qui n’a pas évolué depuis des années et très largement insuffisant au regard de la demande des Bruxellois…”

Conclusion des uns et des autres ? Une mesure “inapplicable” car assimilée à “une perte de temps et d’efficacité”. Et, en plus, “inégalitaire”.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner