Bruxelles La phase test de cette nouvelle application rencontre déjà un véritable succès.

Après les voitures, avec l’application Drive Now notamment, et les scooters avec Scooty, il va bientôt être possible de louer des vélos électriques partagés dans la capitale. En effet, l’application Billy Bike est actuellement en phase de test avec seulement quelques vélos, mais environ 150 devraient être disponibles dans les prochaines semaines, pour le plus grand bonheur des férus de deux-roues.

Le principe est simple, les vélos seront disponibles n’importe où mais, contrairement aux Villo! qui existent déjà et avec lesquels il est possible de se déplacer de borne en borne, Billy Bike proposera une location de vélos électriques et sans borne fixe à laquelle il faudra le remettre. La seule contrainte pour pouvoir profiter de ce service : être muni d’un smartphone et y télécharger l’application.

"Elle permet de géolocaliser les vélos dans la rue. Ils sont attachés avec un cadenas connecté, une chaîne autour d’un poteau ou d’un arbre. Il suffit d’en réserver un et l’utilisateur dispose alors de quinze minutes pour arriver au vélo choisi et ouvrir le cadenas. C’est pareil quand il ne s’en sert plus, il dispose d’un temps limité pour le rattacher où il veut", explique Guillaume Verhaeghe.

Avec Pierre de Schaetzen, ils travaillent sur le projet de Billy Bike depuis le début de l’année et sont déjà dépassés par l’engouement que suscite leur application. "Dans un premier temps, nous proposons une centaine de vélos qui seront disponibles sur un territoire limité d’environ dix km2, situé sur les communes d’Ixelles, Etterbeek, Saint-Gilles et Bruxelles-Ville. Mais d’ici le printemps 2018, nous aimerions avoir plusieurs centaines de vélos en plus et étendre le territoire petit à petit", indique Guillaume.

Les vélos sont électriques, afin de faciliter leur accès aux personnes moins sportives qui ne voudraient pas devoir affronter les rues vallonnées de Bruxelles. Dès que son niveau de chargement passe sous la barre des 20 %, le vélo n’est plus disponible à la location et l’application sait alors qu’une personne doit être envoyée pour changer la batterie. Quant au prix, il ne dépassera pas le prix d’un ticket de bus ou de métro pour un trajet allant de dix à quinze minutes.

Pour le moment l’application n’en est encore qu’à ses prémices mais elle sera peaufinée dans les prochains mois pour satisfaire le plus de personnes possible.