Bruxelles

L'événement s'est étendu sur sept grandes places publiques de la capitale.

Le Brussels Jazz Weekend s'est clôturé dimanche soir sur une fréquentation en hausse par rapport à la première édition de l'an dernier, a indiqué la programmatrice du festival, Jacobien Tamsma. Les chiffres seront communiqués dans les prochains jours sur la base des estimations faites avec la police et Proximus.

L’événement s’est déployé sur un plus grand nombre de places publiques – sept pour cette seconde édition – que l’année dernière et le public a largement répondu présent. “La place Sainte-Catherine où étaient programmées cette année des initiations de danse a particulièrement bien marché“, a souligné Jacobien Tamsma. “Pour la première fois, on avait programmé la place de la Chapelle au lieu du Sablon et c’était très agréable et intimiste. La place du Nouveau marché aux grains était également un nouveau lieu exploité. Les BRU JAZZBRASS battles, les vendredi et samedi à partir de 19h sur la place Rogier, ont été un grand succès“.

Plus de 90 lieux ont de plus proposé des concerts en intérieur. Les organisateurs pensent à élargir pour les prochaines éditions les programmations de concerts dans les magasins et petits commerces, qui ont été développées pour la première fois cette année. La Grand-place de Bruxelles était comble vendredi soir et samedi soir. Vendredi soir, les voix féminines ont été mises à l’honneur. BJ Scott et ses invitées ont rendu hommage à des artistes légendaires comme Billie Holiday et Nina Simone lors d’un concert unique intitulé “The Southern Blues-Jazz Revue”. Samedi soir, le public était également nombreux pour Philip Catherine et DELV! S. Samedi soir, Screens a remporté le premier prix du concours XL-Jazz sur la place Fernand Cocq. Goa Quartet a remporté le second et Nabou le troisième prix ainsi que le prix du public. Cette édition du Brussels Jazz Weekend se voulait être un reflet musical de la capitale et de sa diversité. Le jazz y était présent sous toutes ses formes, du swing au hip hop dans le skatepark des Ursulines.

Les organisateurs ont distingué trois zones – “Downtown”, “Uptown” et “European District” – et ont distribué la programmation en essayant de créer des atmosphères de timbres et caractères particuliers en fonction des quartiers.