Bruxelles

Environ 1.500 personnes ont défilé dans les rues de la capitale ce samedi.

Des chants, des danses, des performances théâtrales et même du cirque, Bruxelles s’est habillées de mille couleurs et de mille talents à l’occasion de cette dixième Zinneke Parade. Comme tous les deux ans depuis 2000, environ 1.500 personnes ont défilé dans les rues de la capitale pour fêter les plus Brusseleirs des Bruxellois.

A la base, ce Zinneke, c’est un bâtard. Aujourd’hui, c’est une ode à la diversité dans une Bruxelles cosmopolite où les habitants viennent de tous les horizons et parlent toutes les langues. En tout, ce samedi, 21 groupes – appelés Zinnodes – ont défilé dans les rues de Bruxelles, chacun ayant interpreté à sa manière le thème “Illégal”.

“Certains groupes ont pris ce thème au premier degré, d’autres en ont fait une interprétation bien personnelle. Au final, les groupes sont complètement différents. Certains sont colorés et d’autres plutôt ternes”, explique Benoit, un des bénévoles qui n’en est pas à sa première édition. Et en effet, là où un Zinnode a décidé de représenter le périple des migrants, un autre donne à voir son idée de la justice, incarnée par une femme qui domine la foule, des esclaves à ses pieds. Un peu plus loin, un groupe de jeunes crée des tags de manière clandestine. Pour donner encore plus de vie à cette fête, un Zinnode parcours même les rues en dehors du de la parade pour réaliser des “clean tags”, un peu partout dans la Ville.

En tout, ce sont 128 organisations qui ont pris part à la parade. Du Patro, aux scouts en passant par des organisations pour personnes handicapées ou personnes âgées. D’ailleurs, on voit de tout parmi les participants, les poussettes et les chaises roulantes y ont toutes leur place. “C’est génial, je n’avais jamais eu l’occasion de voir la Parade car je n’habite pas à Bruxelles depuis longtemps mais je trouve qu’elle est vraiment très bien faite et les groupes sont accessibles à tout le monde”, partage Claudine, émerveillée.

En effet, tout est fait pour créer une atmosphère conviviale et bon enfant. Les musiques sont créées avec des tambours, des pipeaux ou des tambourins, mais presqu’aucun sound system. Même le char sur lequel plusieurs artistes s’adonnaient à du beatboxing n’était muni que de quelques petis baffles. Bref, si vous n’êtes pas sur le parcours de la Parade, difficile de croire qu’une telle fête à lieu à quelques rues de là.

Tous les costumes et le matériel sont créés avec des objets recyclés. Même les chars proviennent directement de l’atelier de Métal et sont créés à partir des pièces des éditions précédentes qui sont récupérées après chaque Zinneke Parade. Pour créer ces chars, 16 apprentis ont travaillé dans l’atelier de métal dans le cadre d’un stage d’insertion socio-professionnelle. Bref, tout est pensé pour rendre cette fête la plus humaine possible, en l’honneur de Bruxelles, de sa multiculturalité et pour donner l’occasion aux Bruxellois de se réapproprier leur ville. Le thème de la prochaine édition, dans deux ans, sera dévoilé dans une semaine, après le décompte des votes des personnes qui ont assisté à l’édition de ce samedi.

Plus d'un an de préparation

Pour préparer cette édition, tout a commencé au printemps 2017. Peu à peu, les groupes se sont formés, parfois autour d’un quartier, parfois autour d’un collectif d’artistes ou une thématique particulière. En automne, des ateliers ont été proposés par chaque Zinnode alors composé. Le but est de créer les costumes, les décors, les danses, etc. Chaque Zinnode est encadré par des artistes, il y en a 174 au total. Depuis janvier, les répétitions se sont enchainées et les détails ont été peaufinés avant de rentrer dans la Ville ce vendredi pour préparer le cortège du samedi.