Bruxelles

Ni la Région ni les communes ne mettront en place ce genre de structure.

Aucun abattoir temporaire ne sera installé mardi prochain sur l'ensemble du territoire de la région bruxelloise à l'occasion de la Fête du Sacrifice. "Ni la Région ni aucune commune ne mettra sur pied une telle structure", indique jeudi la secrétaire d'Etat en charge du Bien-Etre animal, Bianca Debaets (CD&V). La Région bruxelloise n'installera donc pas d'abattoir temporaire mais les communes peuvent toujours prendre une telle initiative. Pourtant, aucune commune bruxelloise ne proposera d'abattoir temporaire.

"Nous n'avons connaissance d'aucune initiative privée non plus. Une telle démarche nécessite par ailleurs une autorisation. Nous n'avons reçu aucune demande d'autorisation dans ce sens et le délai est de toute façon dépassé", poursuit la secrétaire d'Etat.

La Région bruxelloise a en outre interdit l'an dernier à l'initiative de Bianca Debaets les abattages à domicile ainsi que le transport de chèvres et de moutons. Les transporteurs dont c'est le métier doivent par ailleurs demander une autorisation auprès de l'Agence fédérale de la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA).

La secrétaire d'Etat appelle par ailleurs la communauté musulmane a faire un don en faveur des personnes défavorisées à l'occasion de la Fête du Sacrifice. "C'est un acte équivalent à l'abattage d'un mouton ou d'une chèvre. Cela permet également d'éviter bien des souffrances animales", poursuit la Secrétaire d'Etat.

Une interdiction de l'abattage sans étourdissement n'est cependant pas encore d'actualité. Il y a encore trop d'incertitude sur le sujet au sein du gouvernement bruxellois et un accord ne semble plus possible sous cette législature.