Bruxelles

Il s'agit du CHU Brugmann, la Clinique Sainte Anne, les Cliniques Universitaires Saint-Luc, l’UZ Brussel et le site Etterbeek-Ixelles des hôpitaux d'Iris Sud.

A l’occasion de la Journée Mondiale Sans Tabac le vendredi 31 mai, 67 hôpitaux en Belgique, dont le site Etterbeek-Ixelles des hôpitaux d’Iris Sud, le CHU Brugmann (Bruxelles), la Clinique Sainte Anne (Bruxelles), les Cliniques Universitaires Saint-Luc (Bruxelles) et l’UZ Brussel (Jette), ouvriront leurs portes. L’occasion de rappeler qu’un fumeur a près de 3 fois plus de chance de perdre cette mauvaise habitude avec une pharmacothérapie et le soutien approprié d’un professionnel de la santé.

Pour la neuvième année consécutive, les hôpitaux proposeront, autour du 31 mai, des tests gratuits pour tous les fumeurs. Ils pourront faire le test de Fagerström qui permet d’évaluer le niveau de dépendance à la nicotine. Les fumeurs pourront également mesurer leur taux de monoxyde de carbone dans les poumons, gaz toxique formé lors de la combustion du tabac et inhalé par les fumeurs. Certains hôpitaux proposeront également un test interpellant permettant d’évaluer l’âge réel des poumons. En soufflant simplement dans une machine, un fumeur de 40 ans peut s’apercevoir que ses poumons en ont 60, par exemple.

Ces tests effectués, le fumeur recevra un passeport personnalisé et sera encouragé à consulter un professionnel de la santé pour analyser en profondeur les résultats obtenus. En sachant que 65% des fumeurs voudraient arrêter de fumer, cette initiative avec les hôpitaux a toutes les chances de porter ses fruits.

Les fumeurs pourront également bénéficier des conseils des professionnels de la santé qui répondront à leurs questions et les aiguilleront. Le but de cette action est d’aider le fumeur à arrêter de fumer et de lui donner les meilleures chances possibles pour que cet arrêt soit définitif. Les professionnels de la santé insisteront donc sur le suivi médical personnalisé après avoir passé les tests. Une étude a d’ailleurs démontré qu’une pharmacothérapie adaptée combinée au soutien d’un professionnel de la santé est près de 3 fois plus efficace que l’arrêt tabagique sans aide. Plus de  90% des fumeurs recommencent à fumer dans l’année s’ils ne sont pas soutenus.