Bruxelles

Le gouvernement a approuvé une subvention de 277.500€.

Douze lauréats de l'appel à projets relatif aux observatoires communaux des logements inoccupés dans la Région pourront se partager la somme de 277.500 débloquée par la Région (avec un maximum de 25.000 euros par projet), à l'initiative de la ministre du Logement, Céline Fremault (CDH). Il s'agit de: Anderlecht, Bruxelles-Ville, Etterbeek, Evere, Forest, Ganshoren, Jette, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre.

 Les projets déposés par les communes sont variés : cela va de l’encodage de données émanant des différents services afin de les croiser, à l’élaboration d’une méthode de repérage de logements vides dans des grands immeubles ou dans des quartiers densément peuplés, en passant par une collaboration avec B-Post, ou encore l’attribution d’un identifiant unique à chaque logement, etc.

La remise sur le marché des logements inoccupés est aujourd’hui plus que jamais un enjeu et les communes sont les mieux placées pour jouer un rôle actif dans cette priorité. Pour les aider à mener à bien cette mission, les moyens régionaux ont été augmentés pour permettre aux communes de mettre en place des observatoires communaux de manière à réaliser des inventaires des logements inoccupés. L’identification de logements vides est le préalable à leur reconversion en logements publics ou logement AIS.

En 2016, 200.000 euros avaient été libérés pour financer 8 projets communaux. En 2017, 263.000 euros ont permis de soutenir 11 projets. Et cette même année, la cellule Logements inoccupés a pu identifier cinq cas d’immeubles vides qu’elle a contribué à confier à des AIS.

À noter que les logements vides donnent lieu également à des amendes. En 2017, celles-ci ont permis de renflouer les caisses à hauteur de 1.539.518 euros pour 513 enquêtes ouvertes et 110 amendes notifiées, une légère hausse par rapport à 2016.

"Onze communes bénéficient désormais d’une convention avec la Région. Elles bénéficient de la mobilisation des outils régionaux de détection de l’inoccupation et se voit soulager d’une charge administratives importante dans l’instruction des dossiers. Elles se voient restituer 85% du produit des amendes perçues par la Région sur leur territoire. Je me réjouis de cette intensification de la collaboration entre partenaires locaux et régionaux qui permettra de rendre plus efficace la lutte contre les logements vides", ajoute la ministre.

À terme, il est question de mener une évaluation globale des différents projets menés afin d’identifier les bonnes pratiques et de partager les savoirs et savoir-faire entre les communes et la Région.