Bruxelles

Le Vlaams Belang bruxellois voulait marcher contre les violences urbaines.

Le 10 décembre prochain, en prenant pour prétexte les récentes émeutes à Bruxelles, l’extrême droite organise une marche citoyenne contre les violences urbaines à 14 h au départ de la Place Fontainas. "Derrière cet intitulé qui semble tout ce qu'il y a de plus inoffensif, c’est en réalité le Vlaams Belang qui est à l’origine de la marche qui met une partie de l’extrême droite belge en ébullition", dénonce plusieurs collectifs antifascistes.

"En effet celle-ci est organisée par Frédéric Erens, ancien du Front national belge et actuel responsable du Vlaams Belang à Bruxelles." En allant voir sur la plage Facebook de l'événement, "on voit des membres du Vlaams Belang (dont Dominiek Lootens), de Nation (comme Hervé Van Laethem par exemple), des nationalistes autonomes flamands, des membres du Voorpost, etc.".

"Cette marche est également une tentative de l’extrême droite flamande de politiser certains milieux ultra supporters de football en copiant leur mode opératoire mais en lui joignant un discours politique raciste."

"Elle n’est pas sans lien avec les événements de mars 2016, au lendemain des attentats de Bruxelles, où plusieurs centaines d'ultras accompagnés de fachos avaient pris d’assaut la bourse de Bruxelles sous le regard complice de la police. Ils avaient eux-mêmes à l’époque agressé des passant et provoqué des échauffourées dans le centre de Bruxelles", estime Ghislain Mathieu, collectif antifasciste.

Hier, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a annoncé l'interdiction de cette manifestation.