Bruxelles

On compte pas moins de 800.000 transports de marchandises par semaine à Bruxelles.

Bruxelles-Mobilité et Perspective.Brussels viennent de réaliser une études sur les activités productives et logistiques à Bruxelles. Il en ressort que les activités logistiques (qui prend en charge les transports entre les fournisseurs, les intermédiaires et les clients finaux) ont tendance à sortir de Bruxelles pour aller s'installer en périphérie, plus proche des autoroutes et là où elles peuvent disposent de plus d'espaces.

Résultat? Avec l'explosion du e-commerce, de plus en plus de transports sont nécessaires et la logistique prend une place de plus en plus importante dans la mobilité et l'économie bruxelloise, indiquent nos confrères de Sudpresse. Ainsi, l'étude estime que cette activité représente pas moins de 800.000 mouvements par semaine dans la capitale. Cela représente pas moins de 14% du trafic entrant à Bruxelles chaque jour, selon l'Echo.

"Aujourd’hui, on va dans un magasin pour essayer une paire de chaussures, par exemple, puis on commande sur internet, on va chercher la commande dans un magasin et parfois on renvoie encore une partie de la commande. Cela fait exploser le nombre de transports", souligne l'étude.

Pour diminuer cette pollution et améliorer la qualité de l'air de la capitale, des solutions pourraient être trouvées. Il faudrait favoriser le retour de ces activités en ville, dans des espaces souterrains, par exemple, à l'instar de ce qui se fait déjà à Paris.

"Selon une étude menée en Flandre, si les gens utilisaient plus les points relais ou les consignes de Bpost pour leurs commandes par Internet", relève un des auteurs de l’étude dans les colonnes de Sudpresse, "on pourrait diminuer de 60 à 80 % les émissions de CO2 liées à l’e-commerce." Et cela permettrait aux Bruxellois de mieux respirer.