Bruxelles Certaines communes bruxelloises octroient une prime à la sécurisation des habitations contre le cambriolage.

Cette semaine se tient la 7e opération Rosace en Région bruxelloise, afin de sensibiliser la population à la problématique du cambriolage. Depuis ce lundi et jusqu’à demain, environ 200 gardiens de la paix, conseillers en prévention vol et agents de police vérifient les éléments de sécurité d’un grand nombre de portes d’entrée.

Dans la commune d’Etterbeek, les agents de la paix vont à la rencontre des riverains pour les sensibiliser aux bons réflexes à adopter pour éviter une mauvaise surprise. "L’objectif consiste à vérifier 3 éléments de sécurité de toutes les portes d’entrée dans les quartiers les plus touchés par les cambriolages : le cylindre, la rosace et l’espace entre la porte et le chambranle, explique Nathalie D’Ambrosio, conseillère en prévention vol de la commune. Ainsi, le cylindre ne peut pas dépasser de plus de 2 mm, la rosace doit être une rosace de sécurité et il ne doit pas y avoir d’espace entre la porte et le chambranle."

Ainsi, s’il y a un problème avec un de ces trois éléments, l’occupant de l’habitation reçoit un rapport dans sa boîte aux lettres avec les coordonnées du conseiller en prévention vol du quartier pour qu’il puisse fixer un rendez-vous avec lui. Le conseiller en prévention peut alors réaliser, lors d’une visite ultérieure, le check-up complet de la sécurité de l’habitation en concertation avec l’occupant.

"Trop souvent, les gens claquent leur porte en sortant de chez eux et pensent qu’ils sont en sécurité car elle est fermée. Mais c’est faux, car avec une simple carte en plastique on peut ouvrir une porte en insérant la carte dans l’espace entre la porte et le chambranle, y compris pour les portes blindées", ajoute Nathalie D’Ambrosio, qui distribue toute la semaine des fascicules avec des recommandations pour éviter un cambriolage.

Les communes disposent chacune d’un conseiller en prévention vol qui peut venir gratuitement au domicile des personnes qui en font la demande. "Mais beaucoup de gens ignorent que ce service est offert par la commune. J’ai été formée par le ministère et la police pour donner des bons conseils, que ce soit au niveau organisationnel, mécanique ou électronique. Il y a une série de recommandations que nous fournissons à la population, confie Nathalie D’Ambrosio. Parfois, une entrée de garage donne accès aux habitations depuis les jardins. Et avec la chaleur, les gens laissent leurs fenêtres en oscillo-battant, ce qui permet alors aux voleurs de s’insérer dans l’habitation."

Afin de prévenir les cambriolages, plusieurs communes ont pris la problématique à bras-le-corps et octroient une prime à la sécurisation des habitations contre le cambriolage. C’est notamment le cas dans la commune d’Etterbeek où les habitants peuvent solliciter l’octroi d’une prime qui s’élève à 25 % des frais d’achat et/ou d’installation avec un maximum de 250 € par logement et un maximum de 500 € pour les immeubles à habitations. Cette prime est accordée suivant l’ordre d’introduction des demandes jusqu’à épuisement des crédits prévus.

De manière non exhaustive, on retrouve, dans les communes qui octroient cette prime, Auderghem, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Uccle, Etterbeek, Ixelles, Berchem-Sainte-Agathe ou Saint-Gilles. Mais ce n’est pas (encore) le cas dans toutes les communes. À Bruxelles-Ville, par exemple, ce service à la population n’est pas offert.