Bruxelles, Le Bronx de l'Europe?

Nicolas Capart Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Dans l'émission Télé Matin de ce jeudi, un journaliste de France 2 parle d'insécurité à Bruxelles et tire à boulets rouges sur notre capitale

La vidéo du reportage sur francetelevisions.fr (cliquez sur "Relancez" puis téléchargez le plug-in et choisir "France 2 Sans Frontières")


BRUXELLES Il est très tôt pour une douche froide lorsque, comme il a l'habitude de le faire dans l'émission Télé Matin, le correspondant permanent de France 2 à Bruxelles soulève cette question polémique: la capitale des institutions européennes est-elle devenue Le Bronx du Vieux Continent? Une allégation qui, à coup sûr, devrait provoquer des remous et qui, des dires de l'intéressé, alimente déjà nombre de discussions dans les couloirs du Parlement européen.

C'est la vague récente de faits divers violents dont Bruxelles a été le théâtre qui inspire ce constat – ou du moins ces interrogations – à François Beaudonnet, avec en point d'orgue le braquage perpétré le 5 mars dernier dans une bijouterie uccloise, et au cours duquel une mère de famille de 46 ans a tragiquement perdu la vie. En outre, trois agressions de députés européens ont successivement été commises sur les trottoirs du quartier Schuman, ce qui n'a pas manqué de corser encore un peu plus le débat institutionnel au volet "Insécurité". Enfin, les déclarations d'Armand De Decker (bourgmestre de Uccle) la semaine dernière dans les pages de La Libre Belgique – qui, pour rappel, proposait de faire éduquer les jeunes délinquants par des militaires – ont fini de convaincre le journaliste du bien-fondé de son intervention.

Si le reportage évoque au passage de tristes statistiques – Bruxelles n°1 en matières de cambriolages – qui cependant datent un peu (étude d'Urban Audit 2004), le bourgmestre Freddy Thielemans défend sa ville et tente de relativiser, rappelant à qui veut l'entendre que la dotation consacrée à ces matières n'a pas connu d'augmentation depuis 1989. Quant à la comparaison avec d'autres grandes villes, elle souffre d'un déséquilibre dû à l'urbanisme de notre capitale. Les études consacrées à Paris, par exemple, fournissent des données intra-muros, qui par conséquent ne reprennent pas la criminalité des banlieues, totalement intégrées à la ville et donc aux statistiques en ce qui concerne Bruxelles.

Si des griefs doivent bien être pointés du doigt, il semble inopportun de s'alarmer pour le moment. Même si une volonté semble aujourd'hui exister de mettre le sujet sur la table des débats européens.

© La Dernière Heure 2010

Publicité clickBoxBanner