Bruxelles Le ministre a dévoilé le nom du nouveau directeur général avant le vote de lundi. Certains estiment que cela ouvre la voie à de possibles recours

"Pierre Hermant doit encore être nommé par le conseil d’administration de finance.brussels le 9 juillet prochain. Il entrera en fonction au 1er août 2018. Je me réjouis que la transition puisse se faire sans vacance à la tête de finance.brussels. D’autant que l’organisme est actuellement engagé dans un processus de réformes internes pour servir au mieux les entreprises dans leur diversité." Cette annonce, faite hier par le cabinet du ministre de l’Économie Didier Gosuin (Défi) a fait bondir plusieurs membres du conseil d’administration de la société anonyme de droit public (ex-SRIB) ce matin.

La plupart d’entre eux ont découvert le nom du nouveau DG dans la presse alors qu’un point est inscrit à l’ordre du jour du CA ce lundi sans autre précision. "Nous sommes choqués", dénonce le vice-président de la finances.brussels Walter Vandenbossche (CD&V). "C’est dingue que cela fonctionne de cette façon. C’est une claque au conseil d’administration. Je n’ai rien contre Pierre Hermant mais nous n’avons même pas vu son CV, nous ne l’avons pas entendu ! Et l’on apprend qu’il a été choisi dans la presse alors que la procédure impose que c’est au CA de voter la proposition du gouvernement bruxellois !"

De fait, l’article 29 des nouveaux statuts de finances.brussels stipule clairement que les membres du comité de direction sont désignés par le conseil d’administration sur proposition du gouvernement de la Région de Bruxelles Capitale. "J’ai été effaré de découvrir son nom dans la presse ce matin", commente un autre membre du CA.

"Didier Gosuin et son parti se jouent les chantres de la bonne gouvernance. On voit ce que ça donne dans les faits. Une fois de plus, on vide les conseils d’administration de leur structure. Je ne juge pas les qualités intrinsèques de M. Hermant. Le problème est lié à la procédure. Il est normal que le gouvernement propose le candidat qu’il a choisi. Mais c’est le CA qui décide, pas le ministre."

Un autre est plus dur encore. "À la SRIB, on n’a pas respecté les organes pendants des années. Pendant des années, la SRIB, c’était l’organe d’un seul homme : Serge Vilain (le directeur-général sortant - PS, NDLR) . Il s’est payé la tête du CA pendant des années. Avec son annonce avant le vote du CA, Didier Gosuin fait la même chose ! C’est un tel gâchis. Le nouveau départ tant attendu de finances.brussels démarre sur un manquement de gouvernance manifeste !" Plus grave : la possibilité d’éventuels recours de la part des cinq candidats écartés. "La procédure n’a pas été respectée à cause de l’annonce du ministre, qui viole nos statuts. Un recours est possible, bien évidemment." Le CA de ce lundi s’annonce chahuté…