Bruxelles Du design au documentaire, il y en aura pour tous les goûts dans l'immense site de l'ancien garage.

Dès ce mercredi 12 septembre, cinq nouvelles expositions seront accessibles au public au musée Kanal-Centre Pompidou, sur les bords du canal. Ouvert en mai dernier pour un peu plus d’un an de préfiguration avant la rénovation complète des lieux, le site a déjà vu passer pas moins de 110.000 visiteurs qui ont franchi les portes.

Parmi les cinq expositions, deux sont consacrées au design. “Between art and design”, est réalisée en collaboration avec Design September et mettra à l’honneur 34 artistes belges. Elle se situe au premier étage du bâtiment, presqu’au-dessus du hall d’entrée principal.

© Ghilain

L’autre, appelée “En rouge et blanc”, prend ses quartiers dans l’ancienne aire de livraison du garage. Comme son nom l’indique, elle est composée entièrement de pièces des années soixante de couleur rouge ou blanche, de quoi faire écho à l’ancien logo Citroën qui était créé avec les mêmes couleurs. Sur les trente pièces présentées au public, un tiers provient du ADAM-brussels design museum, le musée bruxellois situé sur le plateau du Heysel.

© Ghilain

L’exposition “Identités/Altérités” s’est construite dans les anciens lieux de vie des ouvriers du garage : les vestiaires, la cantine ou encore la cuisine. On y voit des photos, des vidéos et un film qui questionnent l’identité de manière générale, dans ce lieu où justement, les hommes qui venaient travailler passaient de leurs habits privés à leur identité d’ouvrier.

© Ghilain

Un partenariat avec la Cinematek

Lorsque l’on monte les étages du musée, trois expositions différentes projettent des films et des vidéos. C’est sans doute la partie la plus accessible au public amateur qui est moins attiré par le design. Même les enfants pourront y trouver leur compte, souligne Yves Goldstein, le directeur de la fondation Kanal.

La première exposition située aux étages, “Children’s games” de Francis Alÿs, expose une série de vidéos initiées en 1999 dans lesquelles on voit les enfants jouer à l’extérieur dans différents pays du monde (Mexique, Vénézuela, Belgique, France, Jordanie,…). Les plus jeunes des visiteurs pourront sans aucun doute se retrouver dans les différents films projetés dans une salle sombre.

© Ghilain

À l’étage supérieur, dans le même genre d’espace totalement sombre, sont projetés cinq films de Velu Viswanadhan. Son œuvre, appelée “Les cinq éléments”, consacre une vidéo par élément de la cosmologie indienne (sable, eau, feu, air, ether). Des films qu’il réalise sans script ni scénario.

Enfin, au dernier étage, c’est la Cinematek qui envahit l’espace. On y découvre un projecteur de 1932 d’un côté, et de l’autre un film sur la thématique du temps que les visiteurs peuvent découvrir assis sur des couvertures et des coussins, par terre.

© Ghilain

Les artistes en hologramme

Dans les prochaines années, le musée Kanal souhaite développer son approche aux nouvelles technologies afin de favoriser l'accès à l'art pour tout le monde. Pour ce faire, Kanal-Centre Pompidou s'est associé à Orange, afin de modifier notre façon de vivre l'art en Belgique. Le but est de permettre aux visiteurs d'aller au-delà d'une visite artistique classique. Yves Goldstein souligne aussi que le musée doit vivre grâce à des ressources propres et que les partenariats de ce genre vont se développer.

"Nous souhaitons faire vivre aux visiteurs une expérience muséale différente de ce qui se fait. Cela permettrait en même temps de toucher un autre public. Mon rêve ce serait qu'on puisse créer des hologrammes des artistes avec lesquels les visiteurs pourraient échanger et avoir un dialogue virtuel, mais réel. Nous ne voulons pas un musée hermétique, nous voulons un musée ouvert et capable d'ouvrir l'art que l'on propose au plus grand nombre", conclut Yves Goldstein.