Bruxelles Dispositifs spéciaux, contrôles accrus: les autorités ont elles aussi préparé la soirée.

Des milliers de policiers seront déployés un peu partout sur le territoire pour préparer le nouvel an. Florilège.

Les autoroutes bien gardées. 80 policiers fédéraux supplémentaires vont travailler de 20 h au lendemain après midi. "Plus de 20 heures de présence sur le terrain, sur trente à quarante endroits différents de chaque province sur le réseau autoroutier. Les équipes se déplaceront régulièrement pendant la nuit", décrit Michaël Jonniaux, le directeur de la police fédérale de la route. Les contrôles concerneront essentiellement l’alcoolémie. "Vous voulez passer d’agréables fêtes, nous serons là pour ça. Pour ceux qui n’utiliseront pas les possibilités offertes comme Bob, le taxi, les transports, alors la police sera là pour les sortir de la route", poursuit le directeur. Près de 2.000 contrôles sont attendus durant la nuit et le début de journée.

L’accent sur la pyrotechnie privée. Chaque année, les policiers font la chasse aux feux d’artifice. "Ils posent régulièrement des problèmes", indique un commissaire de la police locale Bruxelles-Nord. Strictement réglementée, l’utilisation de ces engins pyrotechniques est soumise à autorisation du bourgmestre. "Toute pièce d’artifice retrouvée en possession d’un particulier ou d’un groupe sera saisie", prévient-on à la zone Bruxelles-Capitale/Ixelles.

Place De Brouckère sous surveillance. À partir de 20 h, mauvaise idée de conduire en ville à Bruxelles, à cause du feu d’artifice du nouvel an, place De Brouckere. La police conseille de laisser ses animaux de compagnie à la maison.

Contrôler les soirées dansantes et les points chauds. Certains quartiers de la capitale sont connus pour des débordements sur fond d’alcool, de stupéfiants et de fatigue. Chaque zone de police a identifié les zones à quadriller plus précisément. Ainsi, la zone Nord s’occupera en priorité de la rue d’Aarschot, connue pour son ambiance parfois très chaude.

Les pompiers pas en reste. 150 pompiers seront de garde cette nuit à Bruxelles, comme toute l’année. "Ce n’est pas forcément l’une des nuits les plus chaudes de l’année. Lors d’une tempête, il y a beaucoup plus de travail", observe Pierre Meys, le porte-parole des pompiers de Bruxelles. Ce sont par contre les ambulanciers qui risquent d’avoir plus de travail.

© DH