Bruxelles Les nombreux chantiers en cours dans la capitale suscitent de nombreuses interrogations auprès des Bruxellois.

Problèmes aux infrastructures de voirie, questions relatives aux infrastructures de voiries ou concernant la sécurité routière, etc. Chaque année, Bruxelles Mobilité, l’administration qui gère les stratégies de mobilité, les projets d’aménagement, de renouvellement et d’entretien des espaces publics et des voiries, ainsi que les infrastructures de transports en commun et les taxis en Région bruxelloise, enregistre des milliers de contacts avec les Bruxellois via un numéro vert (0800 94001) et les réseaux sociaux.

"Il convient de préciser que notre numéro vert ne reçoit pas uniquement des plaintes mais aussi des demandes d’informations comme la date d’une réunion d’information pour un projet, des alternatives pour effectuer un trajet autrement qu’en voiture, émettre des suggestions concernant des aménagements locaux", explique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité.

Ainsi, l’administration bruxelloise a enregistré plus de 14.000 contacts en 2017, sans prendre en compte les 26.286 notifications enregistrées par l’application mobile Fix My Street qui permet de localiser et décrire des dégradations sur l’espace public.

Un nombre en augmentation par rapport aux autres années, qui s’explique par les nombreux chantiers en cours de réalisation en Région bruxelloise et qui suscite de nombreuses interrogations de la part des riverains.

Parmi ces chantiers, citons les travaux en cours sur l’avenue Roosevelt, au boulevard Général Jacques, l’aménagement du piétonnier dans le centre-ville, le chantier du tram 9, celui de la place du Miroir à Jette, le chantier du tunnel Porte de Hal, celui sur l’avenue de Ninove ou le réaménagement définitif du boulevard Reyers, sans compter les nombreux effondrements de voiries survenus l’année dernière.

Dans les détails, Bruxelles Mobilité précise que les contacts sont à 60 % téléphoniques et 40 % par mail. "Nous sommes aussi de plus en plus actifs par rapport aux sollicitations via les réseaux sociaux et la messagerie Facebook. Ces données ne sont pas encore intégrées dans nos statistiques", précise Camille Thiry. "Enfin, depuis novembre 2017, nous sommes accessibles en continu de 8 h à 18 h, ce qui va certainement faire augmenter notre nombre de contacts."

En ce qui concerne les 5 thématiques les plus importantes (voir ci-dessous), les principales plaintes et interrogations concernent des problèmes au niveau du revêtement, des feux de signalisation ou de l’éclairage, les chantiers et projets en cours, les questions relatives au contrôle technique, aux auto-écoles, au transport exceptionnel, mais également aux itinéraires alternatifs, au conseil et informations concernant la pratique du vélo, et enfin les plaintes envers les taxis et les objets perdus qui constituent 6 % de l’ensemble des signalements. "Notez que d’autres notifications-incidents comme les urgences, les problèmes techniques ou les tunnels sont directement traitées par le centre de gestion de la mobilité (Mobiris, NdlR)", conclut Camille Thiry.