Bruxelles

Au niveau européen, la capitale belge occupe la 16e place, entre Madrid et Francfort.

Bruxelles a fait un bond dans le classement des villes mondiales les plus chères pour les expatriés, passant de la 104e à la 67e place, ressort-il mardi de l’étude annuelle du cabinet américain Mercer. Au niveau européen, la capitale belge occupe la 16e place, entre Madrid et Francfort.

Ce classement de plus de 200 villes compare les prix locaux de biens et services tels que les frais de logement, le transport, l’habillement, les produits ménagers et les loisirs. Globalement, les villes européennes, portées par le renforcement de l’euro face au dollar, ont bondi au classement. Logiquement, les métropoles américaines souffrent de l’effet inverse. Si New York ne perd que quatre positions pour s’établir à la 13e place, San Fransisco et Los Angeles reculent respectivement de 7 et 13 places pour se classer 28e et 35e.

Sur les 20 dernières années, certaines villes ont vu le coût de la vie fortement augmenter. C’est notamment le cas de Kinshasa (+55%), Bangkok (+34%), Dublin et Séoul (+15%) mais aussi Sydney (+14%). A l’opposé, la vie est devenue bien meilleur marché au Caire (-45%), à Moscou (-37%), Pékin (-34%), Varsovie (-33%) ou encore à Tokyo (-26%). Les multinationales et les autorités utilisent les informations de l’étude pour déterminer la politique de rémunération et les conditions de travail pour les expatriés, souligne l’entreprise américaine.