Bruxelles

Certains commerçants produisent eux-mêmes des articles contrefaits. 70 sociétés fictives seront radiées.

Semaine passée, la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles a mené une action de contrôle multidisciplinaire dans la galerie Agora, située en plein coeur de Bruxelles. Soutenus par les SPF Economie, Finances, Santé publique, l’ONSS, l’IRE, l’Inasti, le contrôle des lois sociales, Brulabo et avec l’assistance de l’Auditeur du Travail, les policiers ont procédé au contrôle de 24 commerces.

Des 24 commerces inspectés, quatre ont connu une fermeture temporaire. De très nombreuses contrefaçons de vêtements et accessoires de marque ont été saisies. Au vu du nombre colossal d’articles contrefaits, un inventaire précis n’a pu encore être réalisé, mais il est question de plusieurs milliers de pièces, une part non négligeable ayant été dissimulée dans un box retiré de la galerie. Outre les marchandises contrefaites, nos services sont également tombés sur des étiquettes de marque démontrant qu’en plus de la vente, certains commerçants s’adonnent, eux-mêmes, à la production de contrefaçons.

Divers procès-verbaux ont été établis dans le cadre de cette action planifiée, à savoir : 15 PV pour travail au noir, 11 PV pour séjour illégal, 2 infractions affichage temps partiel, 6 PV infraction en matière d’affichage des prix, 6 PV en matière de fraude à la TVA, 6 PV infraction au journal de recettes, 4 PV établis pour contrefaçon.

La majorité des procès-verbaux dressés en matière de travail au noir et tous ceux établis du chef de séjour illégal concernait les Nails shops inspectés. Dans ces commerces ont également été saisis nombre de produits cosmétiques non conformes pouvant présenter un risque pour la santé.

Aussi, suite à ce contrôle pluridisciplinaire, 70 sociétés fictives ayant pour siège la galerie Agora vont connaître une radiation.

Pour mémoire, il s’agit de la deuxième action de contrôle multidisciplinaire tenue dans cette galerie. La première datant du 27 juillet avait permis la saisie de 1.500 armes prohibées et de plus de 1.600 vêtements contrefaits.