Bruxelles La Ville organise une foule de festivités pour redynamiser la zone piétonne mise à mal, entre autres, par la menace terroriste

Depuis la mise en place du piétonnier sur les boulevards du centre voici six mois, les critiques n’ont pas manqué : problèmes de mobilité, de propreté de sécurité, communication hasardeuse sur les changements successifs du plan de circulation, etc. Le tableau a encore été terni au mois de novembre par la menace terroriste, les blindés sur les boulevards, le Brussels Lockdown.

Les commerçants accusent le coup. Ils disent subir, en moyenne, une diminution de 30 % de leur chiffre d’affaires car nombreux sont les clients, les touristes, qui ne se déplacent plus dans le centre.

Face à cette situation inquiétante, la ville a décidé de ne pas rester les bras ballants. Sa dernière initiative en date sera d’organiser divers événements festifs pour revaloriser l’image du piétonnier et faire revenir le chaland. Des courriers ont été envoyés en ce sens aux commerçants pour leur proposer de s’associer à ces événements.

Le premier aura lieu le 30 janvier et s’intitulera Color Brussels. Selon le courrier adressé aux commerçants par l’échevine du Commerce, Marion Lemesre (MR), il aura pour but de "redonner du peps et des bonnes couleurs à Bruxelles, dans une ambiance décontractée et festive propre à la capitale".

Au programme : des animations de rue, des regroupements dansants, un barbecue géant, des artistes, des invités de prestige… Le tout dans et aux alentours de La Bourse et avec une retransmission de l’événement sur Télé Bruxelles.

La date n’est pas choisie au hasard puisqu’il s’agit du dernier jour des soldes. Les commerçants sont donc invités à ouvrir leur commerce jusqu’à 22 h pour une nocturne.

Une semaine plus tard, rebelote : le piétonnier sera de nouveau en fête mais ce coup-ci aux couleurs du nouvel an chinois. La Ville s’est associée à l’ambassade de Chine pour organiser, le samedi 6 février, une grande parade - défilé sur les boulevards du centre. "Ce spectaculaire événement est l’occasion d’attirer les curieux et les nombreux chalands Chinois à l’intérieur de vos enseignes", fait valoir le courrier envoyé par l’échevinat des Affaires économiques.

La Ville propose dès lors de fournir des décorations chinoises aux commerçants pour qu’ils aménagent leur magasin. Ils sont également invités à souhaiter la bonne année en chinois (Xin nián hao) pour célébrer le début de l’année du singe de feu.


Une équipe anti-tag pour les commerçants

Après les poubelles intelligentes installées sur la zone piétonne, la Ville de Bruxelles continue de peaufiner la propreté sur ce périmètre. Aujourd’hui, elle étend le système Michel-Ange aux commerces du piétonnier ainsi qu’au Sablon et à la rue Antoine Dansaert.

Déjà en place dans la zone Unesco, le quartier Sainte-Catherine et aux Marolles, le système a permis de nettoyer 3.600 tags l’année dernière. En pratique, trois employés du service propreté sillonnent tous les jours les quartiers concernés et ils repeignent les façades, les volets, des commerces qui ont été tagués.

"La seule chose que nous demandons aux commerçants, c’est de prévoir la peinture. Les devantures ont en effet des couleurs différentes. Il est beaucoup plus simple que chaque commerçant prévoie assez de peinture du bon ton pour sa façade", explique l’échevine de la Propreté publique, Karine Lalieux (PS).

Depuis le début de l’année, le service a donc été étendu aux commerçants du piétonnier et au Sablon. "On n’a pas reçu de demandes spécifiques pour les boulevards du centre, c’est une initiative. Mais avec notre travail, la pression des tags diminue et les peintres ont le temps d’agrandir leur secteur. C’est une démarche qui est importante au niveau économique. Les commerçants investissent énormément et sont pour nous des acteurs fondamentaux, particulièrement dans le centre-ville", commente Karine Lalieux.

Depuis le début de l’année, quelque 260 commerces ont déjà été visités sur le piétonnier. Parmi eux, une centaine a accepté de signer la décharge qui permet l’intervention des peintres. Au total, ce sont 1.033 commerces du Pentagone qui participent à Michel-Ange.