Bruxelles

La camionnette d’Urbanimal parcourra les 19 communes bruxelloises pour conseiller les propriétaires d’animaux.

La camionnette de l’ASBL Urbanimal a commencé sa tournée sur la place Marie Janson ce mercredi. " À travers des conseils sur le bien-être de l’animal, des activités et un service de gardiennage, nous voulons créer des liens entre les propriétaires d’animaux et la population ", explique Delphine Bourgeois (MR), échevine ixelloise du Bien-être animal et présidente du l’association.

L’idée est née il y a deux ans, autour d’un cocktail. En discutant des animaux de compagnie, la fondatrice a constaté un manque d’information et un besoin de proximité chez la population. "Les gens ne s’occupent pas toujours bien de leur animal. Trop de chiens et chats sont euthanasiés ou abandonnés à Bruxelles. En soutenant cette initiative, la Région montre la place qu’elle accorde au bien-être de l’animal", ajoute Bianca Debaets (CD&V), secrétaire d’Etat au Bien-être animal.

"Il est important de respecter l’animal et de bien veiller sur lui. Or on remarque que les gens qui veulent respecter leurs animaux n’ont pas toujours les moyens de consulter un vétérinaire", commente Charles Picqué (PS), bourgmestre de Saint-Gilles. Jacqueline, propriétaire de trois chiens, applaudit cette action : "C’est très bien car les services qu’ils proposent sont gratuits. Les initiatives pour les animaux sont bien trop rares."

Du côté des vétérinaires , on salue le projet. " La relation entre l’homme et l’animal nous tient très à coeur. Un animal en bonne santé rend l’homme plus heureux ", insiste Françoise Carpet, vétérinaire et membre de l’association. Pour aider les propriétaires, elle a élaboré une check-list reprenant les points importants de l’animal.

Bien entendu, Urbanimal ne remplace pas le vétérinaire. L’association répond aux questions et donne un premier avis. Si les bénévoles formés par des vétérinaires remarquent un problème, ils redirigeront le propriétaire vers un professionnel.

La camionnette circulera d’abord lors des marchés bruxellois. L’association adaptera ensuite ses services aux besoins et demandes constatés sur le terrain. Actuellement, elle étudie la possibilité d’étendre son offre aux foyers sociaux. La présidente espère que ce projet pilote se développera au-delà de Bruxelles, voire au niveau européen.