Bruxelles

Des émanations toxiques émaneraient de leurs bus.

Selon une note communiquée par le syndicat socialiste, plus d'une dizaine de chauffeurs auraient été intoxiqués au CO depuis le 1e mars. Ils se sont plaints de maux de tête et de nausées dues à des odeurs de mazout et de gaz d'échappement.

"Selon la direction BUB, les prises de sang effectuées sur nos collègues se sont toutes révélées négatives à une intoxication au CO. Le monoxyde de carbone étant inodore, les problèmes de maux de tête et nausées viennent du fait qu’une forte odeur de mazout et de gaz d’échappement se trouve dans l’air ambiante du bus", indique la CGSP dans les colonnes de La Capitale.

Les véhicules ont été contrôlés mais à l'heure actuelle, les causes des malaises n'ont pas pu être identifiées. Les analyses ont bien révélé plusieurs défaillances mais aucune qui expliquerait les maux de tête et les nausées.

"Tous les agents qui ont été victimes d’intoxication seront convoqués dans les plus brefs délais pour une visite médicale. Entre-temps, si vous ressentez des maux de tête, nausées ou bien sentez des odeurs de mazout, la procédure en vigueur reste toujours d’application à savoir que vous appelez directement la régulation qui vous enverra des secours, restez sur place et ouvrez toutes les portes du bus afin d’aérer celui-ci au maximum. Ne prenez aucun risque car il en va de votre santé ainsi que de la santé de nos passagers."

En effet, Céline Delforge (Ecolo) et Youssef Handichi (PTB) s'inquiète de la santé des usagers de la Stib, ils interrogeront le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SPA).