Bruxelles 65 % des travaux du piétonnier ont été effectués sous le sol.

Depuis quelques jours, le piétonnier commence à avoir fière allure. Dans le tronçon entre la rue de l’Écuyer et la rue Grétry, les barricades jaunes et bleues ont été troquées contre de jolies barrières en bois, protégeant des arbustes. Vendredi dernier, le bourgmestre Philippe Close (PS) y a donc autorisé l’accès à la circulation piétonne.

Touristes, commerçants , et riverains semblent apprécier ce regain d’énergie dans ce chantier qui dure depuis 2015. "Ce n’est pas fini, mais on voit le bout, explique le gérant d’un bar sur le boulevard. C’est joli, les gens sourient en passant, alors qu’avant tout le monde tirait la tête. C’est bien pour nous les commerçants de voir le bout du tunnel."

Un joli bétonnage, des petits arbres, un site propre et soigné… C’est vrai qu’on n’était plus habitués à voir le piétonnier à ce point sur son 31. Même s’il ne s’agit que d’une partie du boulevard Anspach. Le prochain morceau à se faire relooker : entre rue Grétry et rue du Marché aux Poulets.

"Comme les commerçants, je suis heureuse de voir les choses avancer. Ça donne une idée de ce que ça va être une fois les travaux totalement terminés", commente Els Ampe (Open-VLD), échevine en charge des Travaux publics à la Ville.

Un soulagement pour tous, après bientôt trois années interminables de chantier. En effet, si les refus de permis et autres litiges ont ralenti le processus, ce n’est pas la seule explication. "Quand le chantier a débuté en juillet 2015, même si tout n’était pas réglé, les différents impétrants ont tout de même entamé les travaux, mais sous le sol, car c’est la première chose à faire", explique l’échevine. "Ils ont d’abord renouvelé les tuyaux de gaz et d’électricité, mais aussi les égouts et la fibre optique pour que le centre soit doté d’une connexion Internet hors pair."

D’après l’édile bruxellois, ce sont 65 % du chantier qui ont été effectués sous les sols. Le reste des travaux devrait donc être clôturé très rapidement. Une bonne nouvelle pour l’hypercentre de notre chère capitale…En plus des jolis arbustes et du bétonnage raffiné, plusieurs nouveautés technologiques ont pris place sur le tronçon finalisé du boulevard Anspach. 

Des poubelles qui compressent les déchets

Des poubelles relevant de la plus haute technologie sont disposées sur le piétonnier. Qu’ont-elles de très spécial ? Ces petits robots mangeurs de déchets fonctionnent à l’énergie solaire, et compressent les déchets pour permettre une rentabilisation maximum de la place. Cette poubelle indique aussi aux passants à quel niveau elle est remplie, à l’aide d’un voyant lumineux, et quand elle atteint sa capacité maximum, elle ne s’ouvre plus. Ensuite, comme il y a beaucoup plus de verdure qu’avant, un nouveau système d’arrosage automatique a été mis en place via les sous-sols. Ce fonctionnement permet d’éviter l’arrosage régulier et obligatoire des plantes du piétonnier. "Ça donne bien, c’est une zone un peu plus verte, c’est agréable !", commente Lucas, un riverain de l’hypercentre. "J’ai vu la vidéo de ce que ça va être à la fin, et ça donne envie, espérons que ça continue à cette cadence-là !"

Els Ampe (Open-VLD), échevine des Travaux publics à la Ville, est convaincue que c’est un nouveau départ pour l’hypercentre. "Pendant des années, les gens du sud de Bruxelles et des Brabant wallon et flamand ne venaient plus dans le centre de Bruxelles. C’est avec ce piétonnier et ces initatives qui l’accompagnent qu’on arrivera à convaincre les habitants de la périphérie de revenir ici."