Bruxelles

Il reste encore près de 400 places dans une dizaine d'établissements.

Appelons Xavier. Ce père de famille habite à Bruxelles-Ville. Lundi, il a passé 1.500 coups de téléphone au 0800.99.855 afin d'inscrire sa fille dans l'une des nombreuses écoles de la Ville de Bruxelles.

Ce numéro gratuit est le seul lien qui permet aux parents d'élèves bruxellois d'inscrire leur marmaille en classe d'accueil, en 1re maternelle et en 1re primaire. Mis en place voici quatre ans, le système a fait ses preuves. Il engendre néanmoins pas mal de stress les premiers jours car c'est la règle du premier arrivé premier servi qui prévaut ici.

"Nos avons finalement réussi à inscrire notre fille sur un coup de chance après 3 heures de tentative avec trois téléphones, soit environ 1.500 appels", commente ce papa désabusé mais heureux pour sa fille. "Je ne pensais pas harceler quelqu'un comme cela un jour ! Par ailleurs, je n'ai toujours aucun retour par email du cabinet de l'échevine concernant l'absurdité de cette loterie."

© D.R.

A cabinet de l'échevine en charge de l'Instruction publique Faouzia Hariche, on déplore bien évidemment ce rush annuel. Mais on insiste sur le fait que le système fonctionne bien. Qu'il est le seul moyen fiable, égalitaire et transparent d'octroyer les places en accueil et fondamental. Cette année, douze personnes passent leur matinée (8 h à 13 h) derrière leur téléphone à répondre aux demandes des parents. "L'autre avantage de ce système est que l'on trouve toujours une solution aux parents si l'école de leur premier choix n'est plus disponible. Cela ne change pas grand chose puisque toutes les écoles ont le même projet éducatif", détaille-t-on au cabinet de l'échevine.

Ouvert lundi, le numéro vert a effectué 583 inscriptions le premier jour, sur les 1.200 places disponibles, après la phase de priorité donnant accès aux parents ayant déjà un enfant scolarisé dans l'école, etc. Au total, la Ville de Bruxelles offre 3.700 places en 1er accueil, 1re maternelle et 1re primaire. Il reste d'ailleurs encore de la place. "Hier soir, il restait près de 400 places (1re accueil, 1re maternelle et 1re primaire) dans une dizaine d’établissements répartis de manière homogène sur le territoire de la Ville de Bruxelles", confiait le cabinet de Faouzia Hariche.

Un dernier conseil aux parents angoissés : "Il faut appeler le matin et... persévérer si ça sonne occupé."