Bruxelles Près de 100 marchés se réunissent chaque semaine sur le territoire régional, indique l’agence bruxelloise du Commerce Atrium.

Le nombre de marchés hebdomadaires n’a jamais cessé d’augmenter, ces 75 dernières années dans la capitale, passant de 29 en 1940 à 93 en 2016. Un phénomène qui devrait continuer à prendre de l’ampleur, Bruxelles-ville, Anderlecht, Forest, Ixelles, Etterbeek et Molenbeek ayant déjà créé cette année, ou étant sur le point de le faire, un nouveau marché.

C’est ce qui ressort d’une étude en cours de finalisation de l’agence régionale du Commerce Atrium, laquelle avance deux facteurs explicatifs : le désir des consommateurs de manger bio et durable, et le phénomène des apéros de fin de journée.

"Le côté événementiel des marchés, qui accueillent désormais des foodtrucks en tout genre, joue un rôle clé. Ils sont devenus des lieux de rendez-vous, des endroits où on peut boire un verre après le boulot", explique Jonathan Dehas, d’Atrium. "Il y a une 2e raison principale : la prise de conscience des Bruxellois au sujet de leur alimentation. Ceux-ci veulent de plus en plus manger bio ou local. Et le marché véhicule justement l’image d’une alimentation plus durable", ajoute-t-il.

Les quelque 90 marchés de la capitale diffèrent autant par la taille que par l’offre de produits, permettant finalement à tous les Bruxellois d’y trouver leur compte. Certains se sont ainsi spécialisés dans la vente d’œuvres d’art (voir ci-dessous à Bruxelles-ville), de produits alimentaires (Marché du Midi à Saint-Gilles) ou encore de bibelots anciens (Jeu de Balle), tandis que le Jette Met à Jette, avec sa dizaine de maraîchers, boxe dans une autre catégorie que le marché des Abattoirs d’Anderlecht et ses 600 commerçants. Chaque marché participe en tout cas à sa façon à la création de l’identité d’un quartier.

En créant de nouveaux rendez-vous hebdomadaires sur leur territoire, les communes bruxelloises ne visent ainsi pas autre chose que de booster le dynamisme et la convivialité d’un quartier. "Cela devrait permettre de renforcer la dynamique de quartier et sa convivialité", résume d’ailleurs l’échevin molenbeekois du Développement économique, Ahmed El Khannouss (CDH), lorsqu’il évoque le futur marché de la place Jef Mennekens.

La création d’un marché peut en effet renforcer l’attractivité d’un quartier, mais il ne s’agit pas pour autant d’une solution miracle, tempère Atrium. "Il faut un potentiel de base. On va en tout cas bientôt terminer notre enquête, ce qui nous permettra d’aider les communes, très demandeuses, dans l’accompagnement de leurs marchés", conclut l’agence régionale.


Bruxelles-Ville: trois nouveaux marchés pour l’été

© DR
"Nous sommes régulièrement interpellés par des habitants ou des associations qui demandent la création d’un marché dans leur quartier. Cela apporte de la convivialité dans un quartier, cela crée du lien social. C’est également une manière de mettre en valeur les circuits courts et les produits du terroir", fait valoir Marion Lemesre (MR), échevine des Affaires économiques à la Ville de Bruxelles.

Face aux demandes, la Ville de Bruxelles a donc décidé d’organiser trois nouveaux marchés sur son territoire. "Les deux premiers marchés ont été pensés pour créer du lien entre le Sablon et la place du Jeu de Balle, ils sont centrés sur l’art et la création", explique l’échevine.

Ainsi, dès le début de l’été, des étals s’installeront sur la place de la Chapelle. Tous les samedis de 12 h à 18 h, jusqu’au mois d’octobre, une dizaine d’échoppes proposeront à la vente des dessins, des gravures ou des peintures, sous le patronage de Bruegel dont la statue trône sur la place (l’église accueille aussi sa tombe).

Pour le début de l’été toujours, un 2e marché hebdomadaire est prévu, également le samedi, rue de l’Épée sur la place au bas de l’ascenseur Poelaert. Il se déroulera de 10 h à 18 h, d’avril à octobre. Sa spécificité : être un marché de créateurs qui proposera des objets d’art et d’artisanat. Sept emplacements sont prévus sur la place. Les exposants réaliseront certains objets sur place.

Enfin, à la demande du comité de quartier Alhambra, un micromarché alimentaire s’installera porte d’Anvers le jeudi de 15 h à 19 h. Le souhait est d’attirer, en fin de journée, les travailleurs du quartier Nord vers la porte d’Anvers. Il s’agit de renouveler la clientèle des bars du quartier (qui sont souvent liés à la prostitution). Dégustation sur place et food trucks sont au programme. Pour qu’il soit mis en œuvre, il faudra attendre un peu plus longtemps que les deux marchés précédents. En effet, les travaux publics doivent effectuer un certain nombre de modifications lié aux changements du plan de circulation (la rue de Laeken remise en double sens).


Anderlecht: un nouveau rendez-vous au Scherdemael

© DR
Un nouveau marché est en passe de voir le jour dans la commune Anderlecht. "D’ici le mois de septembre, un marché s’implantera dans l’avenue Jean Sibelius, à proximité du parc de Scherdemael", explique Christophe Dielis (MR), échevin des Marchés. Les produits qui seront proposés sont de type généraliste. "Le cahier des charges n’a pas encore été établi, mais le marché devrait accueillir entre 15 et 20 commerçants qui proposeront des produits alimentaires et non alimentaires", ajoute l’échevin, qui précise que le jour du marché n’est pas encore fixé. "Il y a une forte demande de la population dans plusieurs quartiers, mais nous n’allons évidemment pas créer 25 marchés dans 25 quartiers. Les marchés doivent être rentables pour continuer."

Ce nouveau marché communal vient s’ajouter aux trois déjà existants. À savoir celui sur les places de la Vaillance, de la Résistance et de La Roue. "Depuis juin 2015, un nouveau concessionnaire a repris ces trois marchés afin de les redynamiser et attirer plus de commerçants. Ce concessionnaire pourrait aussi prendre en charge le nouveau marché, mais cela doit encore être confirmé", conclut Christophe Dielis.


Forest: redynamiser le quartier Saint-Denis

© DR
La place Saint-Denis, théâtre du marché matinal du samedi, s’apprête à accueillir un nouveau marché. "Il se tiendra le mardi après-midi, de 14 h à 19 h, car on a constaté que les marchés à ce moment-là fonctionnent mieux que le matin", explique Marc-Jean Ghyssels (PS), bourgmestre de Forest. "Pour le moment, nous avons entre 10 et 15 commerçants mais nous en accueillerons certainement plus", ajoute l’édile. Quant au contenu, on retrouvera des produits aussi variés que des légumes, des gaufres, du fromage, des plats thaïlandais, des hamburgers, un food truck, mais également des huîtres que les riverains pourront déguster avec du vin blanc. "Dans le contexte actuel, je constate que les gens privilégient les grandes surfaces au détriment des commerces de proximité. Ici, on propose un retour aux contacts humains. C’est également l’occasion de redynamiser les commerces du quartier Saint-Denis qui souffrent financièrement. Il faut inciter les gens qui passent par le bas de Forest à s’y arrêter pour profiter de produits frais, et qu’ils apprennent à connaître les commerces", conclut le bourgmestre, qui sera présent pour l’inauguration du 1er marché, le mardi 10 mai.


Molenbeek: bientôt des produits du terroir sur la place Jef Mennekens

© DR
La commune devrait, d’ici quelques mois, accueillir sur son territoire son 4e marché hebdomadaire. Celui-ci serait dédié aux produits du terroir, soit des aliments proposés par des agriculteurs bruxellois et de la périphérie. C‘est sur la place Jef Mennekens, située entre le stade Machtens et le parc des Muses, que prendra place ce futur marché.

"Le projet est sur la table depuis un certain temps et il a pris du retard en raison des travaux de réaménagement de la place. Finalement, on va créer le marché dans une rue adjacente, puis celui-ci prendra sa place définitive quand les travaux seront achevés", explique l’échevin du Développement économique, Ahmed El Khannouss (CDH). "Ce marché permettra aux nombreuses personnes âgées du quartier de faire leurs courses près de chez elles", ajoute-t-il.

Etterbeek: traiteurs africain et chinois à Van Meyel

© DR
 Depuis un mois, la place Van Meyel accueille le tout nouveau marché de la commune d’Etterbeek, le 2e avec celui de la place Jourdan. Dédié aux produits du terroir et de la gastronomie, le nouveau marché doit permettre de redynamiser le quartier commerçant. Chaque vendredi, entre 14 h et 20 h, ce sont notamment des traiteurs africains et chinois, des marchands d’olives, de fromages et de poissons qui s’installent sur la petite place située entre le Cinquantenaire et la rue Louis Hap. Pour l’échevin des Brocantes, des Foires et Marchés, Aziz Es (LB-MR), le marché peut d’ores et déjà être qualifié de succès. "Il y avait une vraie demande des riverains. On m’a déjà félicité dans le quartier pour avoir lancé le projet", assure l’édile libéral. Le marché de la place Van Meyel doit aussi être complémentaire à l’offre de celui situé place Jourdan, ajoute la commune.