Bruxelles

Ce réaménagement a pour but premier de palier l’état de délabrement et de dégradation important du revêtement des voiries.

La Ville de Bruxelles a lancé ce lundi le chantier relatif au réaménagement de façade à façade des voiries de l’Ilot Sacré.

Déjà entamé au niveau de l’impasse du Chapelet en mai 2018, les travaux se poursuivent sur la rue d’Une personne et la rue Marché aux peaux ainsi que dans toutes les voiries autour du projet Galika. Viendra ensuite le tour de la rue des Bouchers, de la Petite rue des Bouchers et de la rue des Dominicains ainsi que différentes impasses qui font la richesse de ce quartier. La fin des travaux est prévue pour l’été 2019.

Ce réaménagement a pour but premier de palier l’état de délabrement et de dégradation important du revêtement des voiries qui caractérise le quartier de l’Ilot Sacré ainsi que d’harmoniser les matériaux avec ceux des rues adjacentes. Ainsi, des pavés en grès de Meuse ou de porphyre (caractéristique des voiries de cette partie de l’Europe) vont venir remplacer les klinkers en terre cuite actuels datant de 1970.

Ce choix de matériaux s’inscrit dans la continuité de ce qui a été réalisé récemment par la Ville dans les rues avoisinantes afin de s’accorder avec le cadre bâti et le caractère hautement patrimonial des lieux. Une manière d’améliorer la cohérence de l’aménagement de l’espace public dans le périmètre UNESCO.

Ce nouveau revêtement va permettre, en outre, d’améliorer sensiblement l’accessibilité des lieux pour les piétons et les personnes à mobilité réduite, dont la fréquentation élevée nécessite un aménagement le plus adapté possible.

Une attention particulière a également été portée à l’éclairage. Actuellement, celui-ci est suspendu, dans l’axe des voiries. Une installation justifiée par la présence de nombreux auvents et tentes solaires illégales, cependant prohibés en mai 2016 par un arrêté du bourgmestre.

Le nouvel éclairage sera quant à lui placé en façade, de manière à remettre en valeur ces dernières, trop longtemps dissimulées derrière les auvents et tentes solaires. Il aura également la caractéristique d’émettre une lumière plus diffuse et moins ponctuelle. En outre, ce type d’éclairage permettra également de réintégrer des décorations lumineuses dans l’Ilot Sacré lors de périodes et événements spécifiques.

"Le réaménagement de l’Ilot sacré permettra, non seulement, de mettre en lumière les belles enseignes qui occupent encore aujourd’hui le quartier, mais aussi d’attirer une nouvelle offre commerciale digne de cet écrin historique. Ces travaux auront, à terme, des retombées extrêmement positives pour les commerçants en incitant les Bruxellois à y (re)découvrir l’offre Horeca", se réjouit l’échevine des Affaires économiques, Marion Lemesre (MR), qui souligne que le retour des habitants dans ce quartier, via le projet résidentiel Galika, ne manquera pas de lui faire également retrouver une mixité de l’offre commerciale bien nécessaire, notamment en termes de commerces de proximité de type boulangerie ou boucherie.


"Le réaménagement des voiries de l’Ilot Sacré est la suite logique des aménagements qui ont été réalisés dans le périmètre de protection de la zone UNESCO autour de la Grand Place. Soit la mise en place d’un revêtement de qualité, plus à même d’accueillir dignement les nombreux citoyens, touristes et chalands. Trop longtemps laissé à la merci du racolage et des infractions urbanistiques en tout genre, notre intention est véritablement ici de redonner à l’Ilot Sacré son caractère authentique et ses lettres de noblesse", conclut Geoffroy Coomans de Brachène (MR), échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine.