Bruxelles 27 millions d’euros sont consacrés au contrat de quartier durable Les Marolles.

Le cœur populaire de la Ville de Bruxelles va connaître de nombreux changements ces prochaines années, dans le cadre du contrat de quartier durable Les Marolles qui a été approuvé ce jeudi matin. Un budget de 27 millions d’euros est prévu dont 14 millions sont octroyés par la Région bruxelloise. Le reste sera couvert par la Ville de Bruxelles et son CPAS.

"Pour le moment, le projet n’en est encore qu’à l’année zéro", explique David Weytsman (MR), échevin de la Revitalisation urbaine. Une enquête auprès de la population marollienne a été réalisée afin de dresser l’état des lieux de la situation et de déterminer quelles étaient les priorités d’après les citoyens. En tout, plus de 1.000 avis ont ainsi été récoltés. C’est une revitalisation qui se voudra plutôt discrète puisque la majorité des modifications interviendront en intérieur d’îlots ou concerneront des modifications minimes.

Plus de 40 % (11,5 millions d’euros) du budget total ont été alloués à la création de 33 logements. "Il n’y a pas beaucoup de contrats de quartier qui peuvent créer autant de logements. Surtout lorsque l’on sait à quel point le quartier est dense", explique l’échevin. Pour ce faire, deux maisons existantes seront notamment rénovées dans l’îlot Faisans et 15 logements seront construits au coin de la rue des Abricotiers et de la rue Haute. Une vingtaine de places de co-accueil pour les enfants seront aussi créées. Le contrat de quartier prévoit également la création de quatre logements de transit à la rue Haute pour des personnes sans domicile. Montant de l’opération ? Un million d’euros. L’occasion, pour le bourgmestre, de rappeler que les places d’accueil non-urgentes coûtent cher.

Les bains de Bruxelles bénéficieront, eux aussi, d’un relifting. Les douches et la cafétéria seront réaménagées. Une salle de sport est aussi prévue dans le projet. "Les habitants du quartier ont demandé expressément que des infrastructures sportives soient créées à destination des filles", commente l’échevin.

Qu’en est-il de la place du Jeu de balle ? "Le marché aux puces de la place est le cœur des Marolles mais il faut avouer qu’il crée des problèmes de malpropreté", explique le bourgmestre, Philippe Close (PS). Peu d’aménagements sont prévus. Les pavés resteront les mêmes mais ils seront remis à niveau tandis que les arbres seront réalignés. Une ressourcerie située dans l’îlot Faisans permettra de récupérer et retaper environ la moitié de ce qu’il reste chaque jour sur le marché lorsque les marchands ont plié bagage. Une enveloppe de 500.000 € sera aussi prévue afin de financer des idées dans le cadre de futurs appels à projets.

Le contrat de quartier sera présenté aux riverains à la fin du mois.

Une brigade de paveurs

La formation et l’accompagnement de la mise à l’emploi auront une place importante dans ce nouveau contrat de quartier. Ainsi, une brigade de paveurs sera créée afin de former des Bruxellois à ce métier en pénurie lors, notamment, de la rénovation de la place du Jeu de balle. Ceux-ci pourront être intégrés au département voirie et être engagés à l’issue de leur formation. L’idée est d’avoir du personnel qualifié qui pourra intervenir rapidement sur les petites réparations nécessaires dans les rues. L’insertion de travailleurs par les métiers du bâtiment est aussi envisagée. De plus, un restaurant à économie sociale permettra aussi de former aux métiers de l’horeca.