Bruxelles

L'ADN de l'antiquaire a été retrouvé sur les armes découvertes chez l'un des suspects.

Les enquêteurs ont établi un lien entre le braquage de l'antiquaire bruxellois Jean-Pierre Witmeur en mai 2017 et le dossier concernant les frères Akim et Khalid Saouti, qui ont été interpellés en juillet 2017 sur base de soupçons de terrorisme. L'ADN de l'antiquaire braqué a en effet été retrouvé sur les armes qui avaient été découvertes chez Akim Saouti, indique mercredi le parquet fédéral, confirmant ainsi une information du quotidien La Capitale.

Selon ce dernier, des bijoux qui avaient également été découverts chez Akim Saouti, ont aussi pu être reliés à un home-invasion commis chez un bijoutier de Braine l'Alleud. Le 5 juillet 2017, les enquêteurs belges et français ont démantelé une cellule terroriste soupçonnée de préparer un nouvel attentat. Lors de cette action, la police avait découvert un arsenal d'armes et de munitions, ainsi que des uniformes de la police et de la protection civile notamment.

Salah Ghemit, 42 ans, avait été interpellé en France. L'homme a un passé criminel lourd et serait également radicalisé. En Belgique, ce sont les frères Akim et Khalid Saouti qui ont été arrêtés. Tous deux sont les frères de Saïd Saouti, le leader des Kamikaze Riders, une bande de motards condamnée en octobre 2016 pour terrorisme à des peines de prison allant jusqu'à six ans.

L'enquête a pu établir que Ghemit et les frères Saouti entretenaient des contacts téléphoniques réguliers et s'étaient rencontrés au moins une fois à Bruxelles. Les enquêteurs disposent en effet d'images vidéo sur lesquelles on voit comment Ghemit visite en compagnie d'Akim Saouti le box de garage où ont été trouvées les armes.

Sur ces armes a été décelé de l'ADN de l'antiquaire bruxellois Jean-Pierre Witmeur. Le 12 mai 2017, ce dernier avait été victime d'un violent braquage dans son magasin situé rue de la Madeleine à Bruxelles. L'homme avait été grièvement blessé et est décédé à l'hôpital le 12 décembre 2017.