Bruxelles Le revenu d’intégration sociale octroyé par le CPAS à Muriel depuis 13 ans est supprimé.

Muriel habite à Laeken dans un logement privé avec ses trois enfants âgés de 14, 16 et 18 ans et bénéficie du revenu d’intégration social (RIS) de la part du CPAS de la Ville de Bruxelles depuis 13 ans.

Au début du mois de juin, elle a reçu un courrier lui annonçant qu’elle allait perdre cette aide, dont voici un extrait : "vous invoquez des raisons de santé pour ne pas devoir prouver votre disposition sur le marché de l’emploi alors que vous ne répondez pas aux conditions médicales pour pouvoir bénéficier de l’allocation de remplacement de revenu ou de l’allocation d’intégration. De plus, vous n’avez pas donné suite aux demandes de vous soumettre à des examens médicaux complémentaires liés à vos pathologies. Le comité spécial de l’action sociale a décidé de vous supprimer votre revenu d’intégration", lit-on dans le courrier que nous avons pu consulter.

Pour Muriel , cette missive signifie qu’elle va devoir quitter son logement à la fin du mois, faute de revenus. "J’ai appris la nouvelle du jour au lendemain, sans avoir reçu d’avertissement. Je vais donc me retrouver à la rue à la fin du mois du juin car, sans ce revenu d’intégration sociale, qui me rapportait environ 1.200 € par mois, je ne suis plus en mesure de payer mon loyer d’autant que j’élève seule mes trois enfants", explique cette maman désespérée.

Désormais, cette mère de famille perçoit encore les allocations familiales mais ce revenu est, selon elle, trop faible que pour pouvoir rester dans son logement. "J’ai rentré plusieurs certificats médicaux mais, selon le CPAS ils ne sont plus valables, alors que je ne suis pas apte au travail comme attesté par mon médecin généraliste. Je déplore ce côté déshumanisant du CPAS", s’insurge Muriel. "J’ai toujours effectué les paiements dans les temps et j’ai été honnête pendant toutes ces années mais, malheureusement, le CPAS n’en tient pas compte et me prive de ce revenu primordial pour moi."