Bruxelles

L'édification de cette place est une réelle victoire pour ceux qui la revendiquent en Belgique depuis maintenant plus de 15 ans.

Ce samedi après-midi, la diaspora congolaise de Bruxelles s'est réunie aux côtés des autorités de la Ville de Bruxelles sur l'ancien square du Bastion pour l'inauguration de la place Lumumba.

L'événement a commencé par une fanfare de musique et de danse traditionnelles, suivies par de nombreux discours, notamment celui du bourgmestre, des associations qui se battent pour cette place depuis dix ans, mais aussi de proches de Lumumba. Dès aujourd'hui, cette place deviendra un lieu symbolique, et une piqûre de rappel des événements qui sont arrivés pendant et après la colonisation. Patrice Lumumba, visage de l'indépendance congolaise, était le premier Premier ministre de la République Indépendante du Congo, de juin à septembre 1960. Il fut assassiné dans des conditions vagues et douteuses en 1961. L'édification de cette place est une réelle victoire pour ceux qui la revendiquent en Belgique depuis maintenant plus de 15 ans.

"Cette place, c'est pour rappeler aux générations futures ce que l'école refuse d'enseigner", explique Rose Anastasia Mefalessi, qui avait sept ans quand le héros congolais est mort. "Ce n'est qu'un début, ce n'est pas un aboutissement. La lutte contre la colonisation continue, elle est encore trop présente. Et le rappel d'événement historique fait partie de cette lutte."

Au départ, la place qui se situe à l'entrée du quartier de Matonge, coeur de la population congolo-bruxelloise, devait être édifiée à Ixelles. Preuve que le sujet fait encore débat et polémique: le dossier n'avançait pas pour cause de désaccord au sein du collège. C'est donc finalement la Ville de Bruxelles qui a repris le flambeau. "J'ai toujours été attentive à ce combat associatif pour une place Lumumba. Donc même s'ils n'ont pas introduit de demande à la Ville de Bruxelles, j'en ai quand même parlé au bourgmestre Philippe Close (PS), qui a amené le sujet au conseil communal", explique Lydia Mutyebele (PS), conseillère communale à la Ville. Une bonne initiative puisque d'emblée, le dossier fut voté à l'unanimité.

Pour cette occasion, plus de 300 personnes ont donc assisté au dévoilement de la plaque et du "mat tronqué" (ces panneaux verts qui donnent des explications sur les différents lieux bruxellois). Une statue est également prévue.Après cet événement, une manifestation a eu lieu du côté de Troon, contre le président Kabila qui aurait dû quitter le pouvoir en 2016.