Bruxelles L’objectif est de rendre les règles plus claires pour les cafetiers bruxellois.

Un nouveau règlement concernant les terrasses à Bruxelles-Ville a été présenté hier lors du conseil communal par l’échevine du commerce, Marion Lemesre (MR).

L’objectif de cette nouvelle loi communale est simple : clarifier la situation pour les nombreux commerces de l’Horeca. La Ville de Bruxelles compte aujourd’hui 1.800 établissements, dont 953 disposent à l’heure actuelle d’une terrasse. "Il faut créer un socle fiable sur lequel les commerçants puissent s’appuyer pour les années qui viennent", explique Marion Lemesre.

Ce nouveau règlement vise aussi à rééquilibrer l’occupation de l’espace public par les cafetiers. Ainsi, la Grand-Place et ses abords, l’Îlot Sacré, les Marolles et Sainte-Catherine ont des règles spécifiques pour leur zone propre. Le règlement sera également conduit à être complété, comme par exemple avec l’uniformisation des terrasses qui devrait avoir lieu l’an prochain à l’Îlot Sacré. "Les terrasses contribuent à la convivialité et au dynamisme économique des quartiers ainsi qu’à l’image d’une ville. C’est pourquoi, l’occupation commerciale de l’espace public doit être une réelle plus-value pour celui-ci, respectant son harmonie et son histoire", développe Marion Lemesre.

Le texte doit aussi permettre aux commerçants de connaître concrètement le matériel qu’ils peuvent utiliser et ainsi d’éviter des amendes. Tous les types de chaises et les dimensions exactes sont, par exemple, détaillés dans le document. La commune se donne également le droit d’enlever les terrasses non conformes aux frais de l’exploitant. "Jusqu’à présent, les règles étaient éparpillées dans différents textes. Ce nouveau règlement comporte tout ce qu’un gérant d’établissement doit savoir : les procédures d’autorisation, les tarifs, les sanctions. C’est très précis" , raconte Marion Lemesre.

Non moins de 450 infractions avaient été constatées par l’administration bruxelloise l’année dernière. Certains cafés ont même cumulé plusieurs faits.