Bruxelles Les riverains de la Porte d’Anderlecht s’opposent au projet de réaménagement de leur quartier proposé par la Région.

Dans le cadre de son contrat de rénovation urbaine (CRU) pour le quartier Heyvaert-Poincaré, la Région bruxelloise prévoit la réhabilitation de cinq pôles particuliers, à savoir le parc de la Sennette, la Porte de Ninove, le quartier du Canal et des Abattoirs, les rives du Canal et surtout, le boulevard Poincaré. C’est d’ailleurs ce dernier point qui fâche les riverains de la Porte d’Anderlecht, qui ont décidé de se mobiliser.

Selon le comité de quartier, les autorités régionales n’ont pas tenu compte de ce que veulent les riverains. "Les agacements principaux concernent le maintien du flux du trafic ainsi que de la Foire du Midi sous sa forme actuelle mais aussi le fait que le parking en plein air situé sur la berme centrale soit maintenu alors que nous avions proposé de réaménager cette berme en un espace vert", déplore Juan Benjumea, du comité de quartier.

Au total, près de 230 lettres de réclamations ont été introduites par les riverains. "Ces mesures excluent d’avance une amélioration de la qualité de vie sur la petite ceinture et par extension le quartier entier. Par ailleurs, nous critiquons le manque total de participation citoyenne. C’est pour toutes ces raisons que nous demandons la création d’une commission d’accompagnement dont nous voulons bien sûr faire partie", poursuit Juan Benjumea.

Du côté de la Région bruxelloise, on affirme que le réaménagement des boulevards de la petite ceinture dépasse les capacités budgétaires du seul CRU. "Nous aurions dû mettre l’ensemble du budget sur un seul projet, ce qui n’est pas pensable vu les nombreux enjeux à traiter au travers du CRU et les risques en cas de non-réalisation d’un seul et unique projet. Il est donc rapidement apparu que le CRU ne pourrait intervenir qu’à la marge, comme sur la porte d’Anderlecht, et qu’il faudrait aborder la question de son réaménagement avec Bruxelles Mobilité et les communes directement concernées dans un cadre plus large", explique-t-on au cabinet du ministre-Président Rudi Vervoort (PS).

Quant à la participation citoyenne, le cabinet du socialiste assure que le processus participatif se fait par projet dans le programme du CRU. Une enquête publique permettant à la population d’émettre ses remarques avait également été lancée au cours de l’été.