Bruxelles La Ville de Bruxelles lance un concours d'architecture pour remettre à neuf les friteries et kiosques présents sur son territoire.

Remplacer les huits friteries et kiosques fixes situés sur le territoire de la Ville de Bruxelles par de nouvelles structures flambant neuves, c'est le projet porté par les échevins libéraux en charge de l'Urbanisme et des Affaires économiques à la Ville, à savoir Geoffroy Coomans et Marion Lemesre. 

Pour ce faire, la commune a lancé ce lundi un coucours d'architecture dans le but de remettre à neuf ces fritkots et d'en faire des "références iconiques de nos traditions culinaires". Jusqu'au 17 octobre prochain, les architectes et les professionnels de l’espace public sont amenés à envoyer leur projet sur le site web de la Ville de Bruxelles.

Selon les deux édiles, les structures des fritkots bruxellois se font vieillissantes. Afin de palier à ce problème, la commune va financer la construction de nouvelles friteries et devenir propriétaire des briques. En contrepartie, les gérants devront payer une redevance mensuelle, comme le font déjà les exploitants des kiosques situés dans les parcs bruxellois.

"Outre le fait de remédier à l’état de délabrement avancé des constructions, notre véritable souhait est de créer un modèle spécifique de fritkot bruxellois. A l’instar des cabines téléphoniques londoniennes, nous voulons créer une architecture iconique autour d’un symbole de la gastronomie belge", détaille Geoffroy Coomans. Rassurez-vous, les fritkots actuels ne sont donc pas voués à disparaître, seule leur structure changera. Quant aux noms des établissements, ceux-ci devraient être conservés.

Ces nouvelles constructions s'accompagneront d'une nouvelle charte de qualité qui sera élaborée par la Ville en collaboration avec les frituristes. "Cette charte sera la marque de fabrique de la bonne frite bruxelloise. Les critères porteront sur la qualité des produits vendus, le respect des normes d’hygiène et de sécurité ainsi que le service au client", précise Marion Lemesre.