Bruxelles

Depuis avril, 207 PV ont été distribués lors du contrôle de 52 cortèges de mariage.

Cet après-midi, l'avenue Sobieski à Laeken était ralentie par un gros contrôle policier. Cette opération fait partie de la grande mobilisation de la Ville de Bruxelles pour endiguer les cortèges de mariage trop imposants et dangereux sur les routes dans le quartier du plateau du Heysel, ainsi que le phénomène des rodeo-drivers.

© BAUWERAERTS DIDIER

"Suite à une succession de plaintes de la part des riverains, on s'est rendus compte qu'il y avait un gros soucis de nuisances dans le quartier du parc Sobieski", explique le bourgmestre de Bruxelles-Ville Philippe Close (PS). "Le parc étant un lieu très photogénique pour les mariages, il est fort sollicité par les cortèges, et particulièrement du printemps jusqu'à la fin de l'été, voire début de l'automne."

Le problème, constate la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, c'est que ces cortèges donnent souvent lieu à de grosses nuisances sonores, et à des perturbations sur la route. "Ça peut être dangereux, non seulement pour eux, mais surtout pour les autres usagers", explique Olivier Slosse, porte-parole de la zone.

© BAUWERAERTS DIDIER

C'est la raison pour laquelle, depuis avril 2018, de nombreuses opérations ont été organisées avec pour objectif de faire de la prévention, d'abord, et des sanctions ensuite. "Pendant ce genre de contrôle, on travaille toujours doublement. Il y a un contrôle fixe pour montrer qu'on est là, qu'on surveille cette zone fréquemment empruntée par les rodeo-drivers et les cortèges de mariage, et puis il y a une voiture banalisée qui circule dans le coin pour les flagrants délits." Et le bourgmestre d'ajouter "Il y a aussi toujours les bikers qui patrouillent. On ne s'en rend pas compte, mais ils font une très grosse partie du travail."

Depuis le mois d'avril, 207 PV pour infractions du code de la route ont été distribués lors de 52 contrôles de cortèges de mariage. "On constate donc que ces contrôles sont efficaces", affirme Olivier Slosse. "Rien que le fait de montrer une présence policière dans ces quartiers, ça décourage ceux qui veulent faire des courses poursuites, ou des cortèges trop imposants et dangereux."

© BAUWERAERTS DIDIER