Bruxelles Passionné par l’Ouest américain, François Chladiuk a été primé pour son ouvrage sur les Indiens Lakota.

Depuis 1990, François Chladiuk possède et exploite un magasin situé boulevard Adolphe Max à Bruxelles, spécialisé dans les articles western. "Je suis le seul en Europe à vendre de l’authentique", précise-t-il. C’est plus qu’un commerce, c’est une passion, celle de l’Ouest américain, qui remonte à son enfance. "Je suis fils d’ouvrier. Mon père n’était pas riche. Pour se divertir, comme tous les gamins de l’époque, on jouait aux cow-boys et aux Indiens. C’était facile et pas cher. Même pas besoin de matériel. Il suffisait de lever le pouce et l’index et de crier ‘bang bang’. À l’époque, sur notre TV en noir et blanc, j’ai aussi découvert des séries comme Bonanza."

Bien des années plus tard, après une vie bien remplie, François a donc ouvert ce magasin où on trouve de tout, des bottes de cow-boy, des jeans, des ceintures, des couvertures mexicaines. Et surtout, il a développé une fabuleuse collection d’objets en tout genre se rapportant à l’Ouest. Avec en particulier quelques coiffures indiennes en plumes d’aigles.

"Grâce à cette collection, je continue à m’amuser comme lorsque j’étais enfant. Le marché belge était un grenier très intéressant pour les amateurs de western. Il faut se souvenir que Bufallo Bill et sa troupe sont venus deux fois en Belgique voici plus d’un siècle (en 1891 et en 1906). Et en 1935, lors de l’Exposition universelle de Bruxelles, on a créé un village indien avec une tribu d’Indiens Lakota venus spécialement du Nouveau monde".

Cet événement aura des conséquences inattendues. "En 2004, un antiquaire du Sablon cherchait à se débarrasser d’objets indiens. Connaissant ma passion, il me refile son stock. Du même coup, je suis devenu propriétaire d’une collection unique au monde. C’était l’héritage laissé par un homme qui avait acheté tous ces objets lors de l’Expo de 1935".

Voilà que sur une photo d’époque qui se trouvait dans la caisse, François Chladiuk reconnaît une de ses pièces. "Sur 157, 34 au total peuvent être identifiées sur photo".

© GERY DE MAET

Tout heureux de l’aubaine, notre passionné téléphone au Musées Royaux d’Art et d’Histoire. "Ils n’ont pas tardé à venir faire l’inventaire. Deux ans plus tard, une exposition était organisée dans deux salles du Musée." Cela aurait été dommage que l’histoire en reste là. "RTL m’a consacré un reportage dans la série Reporters lorsque je me suis rendu aux USA. J’ai rendu visite aux musées consacrés à Buffalo Bill et à des antiquaires. Là-bas, ils étaient surpris et enthousiasmés. Car si les archives sur les Indiens abondent aux États-Unis, il n’y a rien ou presque qui rappelle le passage des Indiens Lakota en Belgique en 1935".

François allait essayer de mettre toutes ces pièces en valeur. "À partir du petit catalogue réalisé au Musées Royaux d’Art et d’Histoire, l’idée a germé de faire un beau livre. Un Coffee table book, comme disent les Américains. On y a travaillé pendant cinq ans en collaboration avec un Américain, Steve Friesen. Car si je parle anglais, je ne connais pas suffisamment cette langue pour écrire un livre et d’ailleurs, ce n’est pas mon métier."

© GERY DE MAET

Il a fallu ensuite trouver un éditeur. "La référence pour ce genre d’ouvrages, c’est l’University of Oklahoma Press. On m’a fait comprendre qu’il fallait l’accord de trois professeurs spécialisés et que ce n’était pas gagné. Pourtant, très vite, ils ont donné leur accord à l’unanimité. Non seulement le livre ne comportait pas d’erreur mais ils n’avaient jamais rien lu d’aussi documenté que la question."

Le livre est sorti de presse en mai 2017. François Chladiuk a participé à des séances de signature à Dallas puis à Denver. C’est là qu’il apprit qu’il avait remporté l’Oscar du western. Cette récompense, appelée Western Heritage Award, est décernée depuis 1961, à l’image des Oscars, dans différentes catégories comme le cinéma, la télévision et bien entendu la littérature. Parmi les lauréats, Ronald Reagan, John Wayne, James Stewart ou Kirk Douglas.

© GERY DE MAET

"Je suis le premier Européen à recevoir le prix. Il consiste en une statue représentant un cow-boy à cheval. C’est un bronze de six kilos".

Un livre seulement disponible en anglais. "On en a vendu un millier. C’est honorable pour ce genre d’ouvrages. Mais pour le traduire en français, j’ai peur que le marché ne soit un peu étroit."

Hugues Aufray, Renaud, Bruce Springsteen, Dick Rivers...

En près de trente ans, François Chladiuk a reçu du beau monde dans son antre dédié au western. De la clientèle de passage mais aussi des gens venus parfois de loin. ” A l’occasion de Tomorrowland, j’ai eu récemment la visite d’un avocat portugais qui avait entendu parler de ma boutique et qui est venu acheter une paire de bottes.”

Il y a aussi des artistes qui aiment s’habiller à la mode de l’Ouest et porter des vestes à franges ou des bottes de cow-boy. Hugues Aufray, Yannick Noah, Renaud, Dick Rivers – “Le seul qui s’y connaît vraiment” – Bruce Springsteen, Robert Plant de Led Zeppelin, Eddy Mitchell…

C’est ici aussi que Franck Dubosc s’est procuré la veste avec laquelle il a tourné dans Boule et Bill et est venu remercier par la suite le propriétaire.

© GERY DE MAET

Pas de Johnny Hallyday au nombre des visiteurs de marque. Regret éternel. “Les artistes achètent surtout des bottes pour leur look. Il faut savoir que chez moi, la marque la plus jeune que j’expose est Tony Lama qui a été créée en 1911. Et si on veut des Lucchese, il faut être disposé à payer 800 dollars la paire.”

Mais on trouve aussi des objets beaucoup plus abordables au Western Shop, comme des chemises ou des jeans. Toujours d’origine et de belle qualité. Et la qualité n’a pas de prix comme disaient nos grands-mères.

Western Shop, 79 boulevard Adolphe Max, 02/219.55.17. Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h30. Le dimanche de 13 à 17 h http://www.westernshop.be/