Bruxelles Il n’y aura bientôt plus de zones bleues ou de zones exclusivement réservées aux riverains

Les places de stationnement gratuit dans le centre-ville vivent leurs dernières heures. Ainsi en a décidé lundi le conseil communal de la Ville de Bruxelles, sur proposition de l’échevine en charge du Stationnement Marion Lemesre (MR).

Le nouveau plan de stationnement du Pentagone aura au moins le mérite de clarifier la situation : il n’y aura plus de zones bleues (2 heures gratuites avec un disque), ni de zones jaunes (zones exclusivement réservées aux riverains). L’entièreté du Pentagone (à l’exception du piétonnier qui demande une autorisation spéciale) sera en zone verte, soit payante avec une redevance de 25 € pour la demi-journée.

En contrepartie, les détenteurs d’une carte de riverain ne devront plus se prendre la tête pour savoir s’ils se trouvent dans la bonne rue. Ils pourront stationner n’importe où gratuitement dans le Pentagone, le piétonnier toujours excepté.

Les changements concerneront principalement le Nord et l’Ouest du Pentagone ainsi que certaines rues de l’hypercentre qui étaient réservées aux riverains (St-Géry, Étuve, Pierres, Borgval, Montagne, Chêne, Marché au Charbon, Amigo, Violette).

Pour l’échevine en charge, il s’agit de rendre le centre-ville plus lisible et de remédier aux défauts de l’ancien plan de stationnement. "Avec la mise en place du piétonnier, il y a eu un report de stationnement vers les zones gratuites, ce qui a amené une pression sur certains quartiers et diminué le confort de stationnement des riverains, justifie Marion Lemesre. Par ailleurs, certains touristes se garaient, souvent en toute bonne foi, dans les zones riveraines. Ce n’était pas clair. Le nouveau système va tout simplifier et le nombre de panneaux va diminuer", ajoute l’échevine.

Le nouveau plan de stationnement, voté hier, devrait entrer en application d’ici trois mois, le temps de demander l’avis de la tutelle régionale, de la commission consultative de la Circulation Routière (CCCR) et de changer les panneaux concernés.

D’ici là, la Ville de Bruxelles promet de lancer une campagne d’information à destination des usagers.

N. G.