Bruxelles

Depuis février, le tunnel Montgomery est fermé à la circulation en raison d'un problème de dalle de plafond. 

Le gouvernement bruxellois souhaitait réaliser des travaux provisoires permettant la réouverture du tunnel d'ici l'été. Or, Pascal Smet (sp.a), le ministre bruxellois en charge des Travaux publics, a annoncé, sur base d'expertises, que la réouverture ne devait pas être attendue avant fin novembre. La circulation est impossible pendant la durée des travaux permettant la construction d'une structure qui sera finalement définitive. Nos confrères de LaLibre.be ont fait réagir Benoît Cerexhe (CDH), le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre.

"Les experts permettent au gouvernement régional d'annoncer la réouverture du tunnel d'ici l'été. Maintenant, ces mêmes experts annoncent que ce n'est plus possible. Cette approche me semble très peu professionnelle", estime-t-il.

L'ancien ministre CDH, dont le parti est toujours dans la majorité régionale, poursuit : "Dans un souci d'information, à l'époque, les trois bourgmestres concernés - Woluwe-Saint-Lambert, Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre - avaient organisé une réunion d'information à la population. Nous avions invité la Région qui a annoncé le déroulement et la réouverture pour l'été. Et quelque semaines plus tard, on nous dit que ça se passera fin novembre. Je ne sais pas ce qu'il peut se passer fin novembre. Le message ne peut pas être crédible vis-à-vis de la population si les avis changent tout le temps. C'est une question de crédibilité de l'action politique. En terme de communication, c'est catastrophique".

Le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, tient également à rappeler que cette fermeture pose de nombreux problèmes. "La circulation percole dans les différents quartiers. Cela a également des répercussions sur le chiffre d'affaires des commerçants. Ce nouveau délai est une très mauvaise nouvelle. On a vraiment intérêt à ce que ces travaux se réalisent le plus rapidement possible".

Lorsqu'on lui demande s'il serait prêt, en concertation avec les trois bourgmestres concernés, à autoriser les travaux de nuit, il répond qu'il est "favorable à ce que les travaux puissent être réalisés dans les plus brefs délais". "Il faut prendre le taureau par les cornes", ajoute-t-il.

Pour rappel, l'annonce de ce nouveau délai a été faite ce lundi par le cabinet du ministre Pascal Smet. "Il y a des groupes techniques auxquels la commune est associée. Je commençais donc à pressentir cette information mais je n'ai eu de contacts directs avec le cabinet du ministre à ce sujet-là".

Une chose est sûre, Benoît Cerexhe, l'affirme : il interpellera prochainement Pascal Smet au Parlement pour avoir de plus amples explications.