Bruxelles Le président de l’Association des commerçants a reçu la confirmation que c’est Beliris qui a décidé de retarder le chantier de l’assiette de la place.

La saga du chantier de la place Jourdan continue. Après un gros coup de gueule des commerçants la semaine passée, alors qu’ils ne voyaient aucune évolution dans le chantier, ils accusent aujourd’hui Beliris, l’agence fédérale en charge des travaux, de leur mentir et de ne rien faire pour arriver à bout des perturbations… Après déjà deux mois de retard.

"Quand on s’est plaints parce que le chantier sur la place n’avançait plus, alors qu’il devait être fini pour la fin du mois de juin, Beliris nous a répondu qu’il fallait d’abord absolument terminer le carrefour Maelbeek-Sofitel avant le 1er septembre, sous injonction de la Commission de concertation des chantiers", explique Michel de Haes, président de l’Association des commerçants de la place Jourdan. "Mais on a la preuve que ce n’est pas comme ça que ça s’est décidé."

Suite à un échange de mails entre le président et un membre de la commission de concertation qui a préféré rester anonyme, l’Association des commerçants a réalisé qu’il s’agissait en fait d’une demande de la part de Beliris de postposer les dates du chantier de l’assiette de la place. En toutes lettres dans un mail, ce membre confirme "la commission n’a jamais intimé l’ordre à Beliris de finir les travaux devant le Sofitel en premier lieu avant d’entamer quoi que ce soit d’autre. En l’occurrence, c’est à la demande de Beliris même que la phase 21 (qui est celle de la suite de la place Jourdan) a été postposée au début du mois de septembre 2018." Et en pièce jointe de ce mail, se trouvent les archives de cette demande spécifique.

"Je n’ai rien contre le fait qu’on veuille accélérer le chantier du carrefour, mais pourquoi au détriment de la place ?, déplore Michel de Haes. Actuellement il y a une quinzaine d’ouvriers qui s’attellent au chantier du carrefour Sofitel, et devant nos terrasses… Personne."