Bruxelles

Les habitants du quartiers sont régulièrement confrontés à de la prostitution sauvage, des drogués et des bagarres.

Après de nombreuses plaintes des habitants du quartier Alhambra, la Ville de Bruxelles a fait savoir qu'elle ne restait pas sans rien faire puisque de nombreuses opérations de police ont été menées dans le quartier depuis le début de cette année. En tout, "25 opérations policières visibles ont à ce jour été mises en place dans le quartier", a déclaré le cabinet du bourgmestre, Philippe Close (PS), à Sudpresse. Soit, presqu'une par semaine.

Ces opérations ont permis de fermer cinq établissements. Le City 54, le Terminus, La Taverne 54, le Déjà Vu, ou encore le DM ont tous fait l'objet d'un arrêt de fermeture temporaire, entre deux jours et trois mois. La Taverne 54 a même dû fermer deux fois. En tout, 16 établissements ont été contrôlés cette année. Sur le plan légal, ce type de fermeture peut être décidée par la commune si "des indices sérieux se présentent selon lesquels des activités illégales compromettant la sécurité et la tranquillité publiques et qui concernent la vente, la livraison ou la facilitation de consommation de stupéfiants", indique ce matin La Capitale.

Lors de ces opérations, 559 personnes ont été contrôlées. Cela a débouché sur 11 arrestations judiciaires (cinq mises à disposition du procureur du Roi) et à 17 arrestations administratives pour ivresse publique ou trouble à l’ordre public. Sur 5.022 contrôles de véhicules aussi réalisés, 594 PV ont été dressés pour des infractions au code de la route. Trois prostituées ont dû payer 100€ pour incitation à la débauche. 

En 2017, près de 400 personnes suspectées d’être liées au milieu de la prostitution avaient été contrôlées dans le quartier Yser.